À Cléty, dans le Pas-de-Calais, 250 ouvriers chinois vont venir vivre pendant deux ans dans ce village qui compte à peine 850 habitants.
La raison : la construction prochaine d'un four dans une cimenterie, qui nécessite une expertise et des compétences particulières.
Sur place, cette annonce n'a pas manqué de faire réagir.

Sur un terrain pour l'instant laissé vierge, vont bientôt s'installer 250 ouvriers chinois. Ils seront logés dans des bungalows et un restaurant sera même installé juste en face - un véritable village miniature. Tout cela dans la petite bourgade de Cléty, près de Saint-Omer, qui compte 850 habitants.

À la boulangerie, les habitants sont perplexes. "Nous avons été mis devant le fait accompli. On ne nous a pas demandé notre avis !", réagit l'un d'eux dans le sujet de TF1 en tête de cet article. "Le problème, c'est qu'est-ce qu'ils vont bien pouvoir faire le week-end ? Ici, sur Cléty, il n'y a pas de tonnes de choses à faire", s'interroge une autre cliente.

L'Office de tourisme a prévu de leur faire visiter la région tous les week-ends. Bien sûr, le maire a été surpris quand il a appris la nouvelle, lundi 8 avril, lors d'une réunion d'information. "Il y aura cinq interprètes (...) On fera peut-être, ici à Cléty, le Nouvel an chinois avec eux ! Ça nous fera une animation de plus", s'exclame Serge Lavogez, maire de Cléty, dans le reportage du JT en tête de cet article. 

Les seuls avec l'expertise recherchée

Les ouvriers chinois vont venir vivre dans l'Hexagone à partir de septembre 2024 selon France Bleu Nord, pendant deux ans, afin de travailler dans la cimenterie qui se trouve dans la ville voisine de Lumbres. Ils logeront à seulement 8 kilomètres du site et un bus sera affrété pour les y emmener chaque jour. Ces travailleurs chinois vont installer un nouveau four, beaucoup moins polluant, dans le cadre du grand projet de décarbonation de la cimenterie de Lumbres. Un projet qui doit, à terme, permettre de piéger le CO2 produit lors de la fabrication du ciment, pour le séquestrer en mer du Nord, précise encore France Bleu Nord. 

Mais alors, pourquoi eux ? C'est parce que ces ouvriers chinois sont les seuls dans le monde à détenir le savoir-faire nécessaire. "Comme on fermait des cimenteries au cours des dernières décennies, la compétence a disparu. On s'est un peu renseigné sur ce qu'avait déjà fait cette entreprise, et l'entreprise BMI a en effet réalisé de nombreuses cimenteries dans le monde. Ils sont devenus de vrais spécialistes dans ce type de construction", explique Christian Leroy, président de la communauté de communes du Pays de Lumbres.

Quand les ouvriers chinois repartiront, le nouveau four créera 200 emplois pérennes, occupés par des Français cette fois-ci. Leurs bungalows seront démontés et le terrain sur lequel ils auront été logés sera remis en état.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Sébastien Hembert, Charles Yzerman

Tout
TF1 Info