Le WE

VIDÉO - Ce Goldorak géant trône au milieu d'un rond-point du Puy-de-Dôme

La rédaction de TF1info | Reportage Quetin Fichet, Jean-Philippe Hèquette
Publié le 21 juin 2022 à 10h52
JT Perso

Source : JT 13h WE

À Thiers, fin 2018, une immense sculpture de Goldorak a subitement fait son apparition.
Le chaudronnier-serrurier à l'origine de l'œuvre s'est confié à TF1.

C'est inattendu, mais Goldorak habite dans le Puy-de-Dôme : le personnage de dessin animé emblématique des années 1980 occupe désormais un rond-point de la ville de Thiers. "Ici, à la base, c'est la coutellerie. Mais [Goldorak], c'est vraiment notre tour Eiffel à nous", confie ainsi un habitant, visiblement fier. "Il y en a beaucoup qui s'arrêtent et qui vont carrément sur le rond-point pour prendre des photos avec", ajoute une femme dans le reportage de TF1 en tête de cet article.

"On l'a fait pendant trois semaines, (...) à raison 18 heures de travail par jour"

Le créateur de cette sculpture de sept mètres de hauteur et de deux tonnes d'acier se trouve à dix minutes de vol à peine. Il s'agit de Didier Berujon, chaudronnier-serrurier. À la fin de l'année 2018, en pleine crise des Gilets jaunes, alors que l'ambiance est morose, il veut redonner le sourire aux habitants. "On n'a pas eu le temps de réfléchir si c'était un défi ou pas. On s'est dit : 'On le fait'. On l'a fait pendant trois semaines, du lundi au dimanche, à raison 18 heures de travail par jour", explique-t-il. Et de préciser que la conception "des mains était très compliquée, parce qu'il y a du formage, du roulage. C'est le plus dur".

L'installation s'est faite dans la nuit, et le succès fut immédiat. La compagne de Didier Berujon le confie d'ailleurs : ce qui devait être une petite pub locale pour lancer l'entreprise les a vite dépassés. "Dorothée nous a appelés en début de création pour nous dire qu'ils étaient super fiers qu'on ait créés Goldorak. Que ça réveillait toute une génération", explique ainsi Angélique Tropenat. 

Ce Goldorak auvergnat n'a pas rapporté un euro à Didier mais lui a permis de mettre en lumière son métier et de faire de son jouet d'enfant un emblème. Et depuis, le carnet de commandes de l'entreprise ne cesse d'être plein. La sculpture, elle, devait rester sur place trois mois, mais s'y trouve depuis trois ans désormais.


La rédaction de TF1info | Reportage Quetin Fichet, Jean-Philippe Hèquette

Tout
TF1 Info