"C'est lamentable" : la colère des pêcheurs des Côtes-d'Armor face aux vols en série de leurs casiers

par La rédaction de TF1info | Reportage Mathieu Rio, Julien Dennel
Publié le 13 mai 2024 à 11h50

Source : JT 20h WE

Les plaisanciers de Ploumanac'h, nombreux à poser des casiers pour attraper des crabes ou des homards, ne décolèrent pas.
Ces derniers temps, des voleurs embarquent non seulement le contenu, mais aussi le contenant de leur pêche.
Une équipe de TF1 s'est rendue sur place.

C'est un plaisir chaque matin pour ces deux passionnés de pêche. Sortir en mer, relever leurs casiers, et découvrir leur contenu. Ce jour-là, la pêche est bonne : de belles araignées les attendent. Mais parfois, c'est une mauvaise surprise qui attend ces plaisanciers de Ploumanac'h (Côtes-d'Armor). "Il y a des jours où on n'a rien. Et il y a des jours où des gens passent avant nous pour les relever, donc là, il n'y a vraiment rien...", se désole l'un d'eux. 

Des crustacés sont volés presque tous les jours dans ces eaux très riches en homards, au prix de 50 euros le kilo. Et parfois, c'est le casier lui-même qui est dérobé. "Il y a le casier en lui-même qui vaut 100 euros, il y a le cordage qui relie le casier à la bouée qui vaut 50 euros, et toutes les bouées qui amarrent tout ça. C'est 200 euros par casier", reprend notre plaisancier. 

"C'était quelqu'un que je connaissais bien"

Le comble, c'est que ce sont des connaisseurs qui volent ces casiers : souvent d'autres pêcheurs, pour les utiliser dans les mêmes eaux sous un autre pavillon. Un pêcheur témoigne de sa "colère" face à notre caméra, après découvert l'identité d'un de ses voleurs : "C'était quelqu'un que je connaissais bien. Et s'il me l'a fait à moi, étant un copain, alors qu'est-ce qu'il faisait aux autres ? C'est lamentable de voir ça", déplore-t-il.

Les plaisanciers sont dépités face à un nombre de vols records : 40 casiers disparus depuis le mois dernier à Ploumanac'h. Pour protéger leur matériel, certains ont décidé de cacher un traceur GPS dans le fond du casier. Pour chaque mouvement, une alerte envoie un lien par SMS, grâce auquel le propriétaire du casier voit directement où il se situe. 

Cette technologie bretonne a déjà permis d'arrêter des voleurs. "Ils avaient volé une quarantaine de casiers, sans compter les homards. Les gendarmes sont arrivés chez eux, c'étaient des congélateurs remplis de homards", raconte Olivier Descoubès, fondateur de Heol Design, l'entreprise qui produit et commercialise cette solution à 139 euros, de plus en plus demandée par les pêcheurs. Sur les côtes de la Manche, une centaine de casiers sont déjà équipés de ces traceurs.


La rédaction de TF1info | Reportage Mathieu Rio, Julien Dennel

Tout
TF1 Info