Dans l’Hérault, les agriculteurs utilisent d'immenses cuves, pouvant contenir 1000 litres, pour stocker l’eau devenue précieuse.
Ces dernières semaines, des dizaines de ces cuves ont été volées, sans doute par un réseau très organisé.
Une équipe de TF1 a rencontré deux victimes.

"Ils ont ouvert tout le grillage sur cette partie", montre Sébastien, maraîcher à Tressan, dans l'Hérault. Son exploitation a récemment été victime d'une intrusion, la troisième en trois mois. Au total, quatre cuves d’eau lui ont été dérobées, du matériel indispensable avant l’été. "Elles nous servent pour la sécheresse, explique l'agriculteur. Une fois par semaine, quand on est en grosse sécheresse, ils nous coupent l'eau, et du coup, on est obligé d'alimenter avec ces cuves." Pourquoi les voler ? Neuves, elles coûtent 130 euros. "Je pense qu'à la revente, ils vont les revendre 30 ou 40 euros. Voler autant de cuves pour revendre 40 euros pièce, c'est prendre des risques pour rien", peste Sébastien. 

Ces vols à répétition viendraient, selon lui, d’un même groupe très organisé. Il y a quelques semaines, le maraîcher porte plainte et lance un appel sur les réseaux sociaux. Il recense alors une cinquantaine d’autres victimes dans la région, dont son voisin, Kevin. 

Celui-ci s’est fait voler sept cuves de 1000 litres en une nuit. Vidées de leur eau, elles pèsent une dizaine de kilos. "Il faut être au moins deux, voire trois personnes pour les porter, souligne l'arboriculteur. C’est plus encombrant que ce que c’est lourd. Ils ne sont pas venus avec une 4L, c'est mission impossible."

Depuis un mois, il ne peut plus arroser ses cultures et a perdu une vingtaine de poiriers. "On a la colère qui monte, qui monte, qui monte, et au bout d'un moment, on ne sait pas ce qui peut arriver", lâche Kevin. Ces agriculteurs souhaitent installer des caméras de vidéosurveillance et comptent désormais sur l’enquête de la gendarmerie pour retrouver leur matériel.


La rédaction de TF1info | Reportage Charlotte Gerbelot, Agathe Crunchant

Tout
TF1 Info