VIDÉO - Si vous n’aimez pas être filmé, évitez ce village

par La rédaction de TF1 | Reportage Guillaume Gruber, Christophe Hanesse
Publié le 13 mars 2023 à 15h59

Source : JT 13h Semaine

Les communes rurales sont de plus en plus nombreuses à installer des caméras de vidéosurveillance. Arrancy-sur-Crusnes, dans la Meuse, en compte 17 pour... 500 habitants.
Sans compter celle de l'équipe de TF1 qui s'est rendue sur place.

Si vous n'aimez pas être filmé, évitez le petit village d'Arrancy-sur-Crusnes. La mairie y a installé des caméras quasiment partout. Cela peut paraître excessif, mais ici, on craint beaucoup les cambrioleurs. "Il y a eu un traumatisme qui a été important au réveillon de Noël de 2017, avec 13 cambriolages qui ont eu lieu, explique le maire, Massimo Trinoli. Si ça recommence, on pourra identifier et poursuivre" les voleurs. 

Avec 17 caméras pour moins de 500 habitants, c'est aujourd'hui la petite commune la plus surveillée de la Meuse. Une haute protection que salue un habitant interrogé par TF1 : "S'il y a des caméras, ils ne vont pas tourner et faire du repérage". Un autre semble beaucoup moins convaincu par cette solution moderne : "Je suis pour revenir dans les temps arrières, c'est-à-dire de remettre un garde champêtre. Il savait toujours ce qu'il se passait, le garde-champêtre".   

Les cinq entrées du village sont vidéo-protégées. Caméras, lecteurs de plaques d'immatriculation, le système a coûté 60.000 euros à la commune. Il faut dire que sa situation frontalière fait qu'elle est très exposée au passage de délinquants. "Vous passez ici et vous avez la capacité de vous échapper", souligne Jean-Baptiste Carlu, adjoint au maire d'Arrancy-sur-Crusnes, pointant la proximité de la Belgique ou du Luxembourg.

Pour la gendarmerie, 17 caméras, ce n'est pas trop. Elles protègent aussi les villages voisins. "Sur ce secteur-là, on n'a aucune commune à moins de 20 kilomètres qui est vidéo-protégée. Le délinquant itinérant va être un peu moins sur ses gardes loin de son méfait, mais par contre, nous, on peut récupérer des informations", explique l'adjudant-chef Sébastien Chiesura. Désormais, la mode est lancée : dans les villages aux alentours, on veut aussi s'équiper de caméras. "Les actes de malveillance se déplacent sur des communes qui n'ont pas de caméras. Donc faire un maillage territorial et être aussi équipés, ça protège notre population", fait valoir Julien Michels, maire de Sorbey.

Au total, près de 800 caméras sont installées dans la Meuse. Un chiffre qui pourrait grimper pour décourager les voleurs, et réduire les incivilités.


La rédaction de TF1 | Reportage Guillaume Gruber, Christophe Hanesse

Tout
TF1 Info