Savez-vous d'où vient l'expression "se tenir à carreau" ?

TF1 | Reportage Médéric Pirckher, Robin Cann, Aurélie Janssens
Publié le 3 janvier 2023 à 17h23, mis à jour le 3 janvier 2023 à 22h46

Source : JT 13h Semaine

On utilise beaucoup d'expressions au quotidien sans trop savoir d'où elles viennent.
Mais pourquoi dit-on "se tenir à carreau" ?
La réponse se trouve à plusieurs époques, au temps des chevaliers mais aussi de la Révolution.

Marius et son petit frère Émile adorent se chamailler sur le canapé. "Se tenir à carreau", les enfants savent immédiatement ce que cela veut dire. Être sage dans une surface carrée, c'est un peu l'idée de l'expression aujourd'hui. A l'origine, c'était autre chose.

Une expression qui remonte au Moyen-Âge

Pour comprendre, il faut remonter le temps : au Moyen Âge, au temps des châteaux-forts, des nobles chevaliers, mais aussi des arbalèteries. Le carreau est la sorte de flèche avec laquelle on recharge une arbalète. Plus courte que les flèches traditionnelles, elle a une autre particularité : sa pointe est en carré. Taillé spécifiquement pour pouvoir rentrer dans les cottes de mailles, le carreau était une arme redoutable.  

"Se tenir à carreau', c'est une expression très imagée. L'arbalète est tellement précise et tellement puissante qu'au moindre faux pas, on prend un carreau. Donc, quand quelqu'un doit se tenir à carreau, c'est vraiment qu'il est temps de ne pas bouger et de faire ce qu'on lui demande" explique Kentigwern Jaouen, président de l'association AR Soudarded. 

Peu à peu, l'arbalète a disparu des armées, faisant place aux armes à feu. Mais comment l'expression s'est-elle maintenue à travers le temps ? 

Selon Alain Leroux, professeur d'histoire, la formule proviendrait du XVIIIᵉ siècle lors de la Terreur. "Pendant la Révolution française, il y a eu une juridiction criminelle d'exception : le tribunal révolutionnaire. […] Ce tribunal avait lieu dans une salle carrelée dans laquelle les citoyens pouvaient assister au jugement. Le public est sommé de rester silencieux, de bien rester dans son carré de carrelage, d'où peut-être l'expression 'se tenir à carreau" explique-t-il. 

Quand on cherche une origine contemporaine pour l'expression, on pense immédiatement à la belote. Ici, "se tenir à carreau" prend une autre tournure. "Qui se garde à carreau n'est jamais capot. Ça veut dire que si le carreau est choisi à l'atout, il faut continuer à jouer à carreau pour ne pas être capot. Capot, c'est ne faire aucun pli" nous indique un joueur


TF1 | Reportage Médéric Pirckher, Robin Cann, Aurélie Janssens

Tout
TF1 Info