VIDÉO - Charentaises, porcelaine de Limoges... bientôt un label européen pour mieux les protéger

par La rédaction de TF1 | Reportage Valentin Depret, Hortense Villatte
Publié le 5 septembre 2023 à 11h39

Source : JT 20h Semaine

Quel est le point commun entre la porcelaine de Limoges, les couteaux de Laguiole et les charentaises ?
Déjà protégés par une appellation d’origine, ils vont bientôt bénéficier d’un label à l’échelle européenne.
Le 20H de TF1 vous explique ce que cette nouvelle norme va changer.

On reconnaît le linge basque à ses rayures, ses couleurs, et à ses fils de lin et de coton particulièrement épais. C'est un savoir-faire protégé dans le pays depuis trois ans par une indication géographique, une IG. Elle est même fièrement affichée dans l’atelier de "Tissage Moutet", situé à Orthez dans les Pyrénées-Atlantique. 

Des mentions interdites en 2025

Une fierté, d’autant plus qu’elle sera bientôt reconnue partout en Europe. C'est une très bonne nouvelle pour l’entreprise, confrontée depuis des années à des contrefaçons vendues deux fois moins cher. "Ce produit peut être fabriqué dans des zones comme le Portugal ou l'Espagne mais il peut venir aussi de l'Inde ou de Chine. Sur le coup, on pense faire un bon achat et au bout de deux ou trois lavages, vous allez avoir des trous, vous allez avoir un torchon ou une nappe qui va perdre ses couleurs", prévient Benjamin Moutet, président de "Tissage Moutet". Un manque à gagner, selon lui, d'un million d'euros par an. Et il n'est pas le seul.

Linge basque, mais aussi porcelaine de Limoges, couteau de Laguiole ou les traditionnelles charentaises, ils peuvent être copiés et vendus avec leur appellation dans le reste de l’Europe. D'ici à 2025, ces mentions seront interdites pour les produits qui n’ont pas le label. 

Pour l’heure, seules quatorze filières artisanales sont concernées, mais ce changement pourrait attirer de nombreux candidats. "Le fait d’avoir un dispositif européen va attirer beaucoup plus d’entreprises qui vont trouver beaucoup plus d’intérêt à être protégé sur des marchés qui sont clés pour eux", explique dans la vidéo du 20H de TF1 en tête de cet article,  Audrey Aubard, secrétaire générale d'AFIGIA (Association française des indications géographiques industrielles et artisanales).


La rédaction de TF1 | Reportage Valentin Depret, Hortense Villatte

Tout
TF1 Info