Le 13H

Trop de nids-de-poule : une petite ville de Charente-Maritime obligée de passer aux 30 km/h

par La rédaction de TF1 | Reportage Erwan. Braem, Christophe Devaux
Publié le 19 janvier 2023 à 16h59
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Selon l'Observatoire national de la sécurité routière, 30% des accidents mortels enregistrés en France sont dus à des problèmes de voirie.
Pourtant, les petites communes ne disposent pas toujours des budgets nécessaires pour réaliser des travaux et réparer les routes dégradées.
À l'instar de Saint-Jean-de-Liversay, certaines se retrouvent obligées de réduire la vitesse autorisée.

Même avec la meilleure des volontés, il serait bien difficile de compter les nids-de-poule, les trous dans le bitume et les innombrables réparations de fortune dans la chaussée de Saint-Jean-de-Liversay, petite ville de Charente-Maritime. "Pour les voitures, c'est parfois un peu pénible", reconnaît un habitant de la commune. "Il faut faire attention, parce qu'au niveau des pneumatiques, ça souffre pas mal", souligne une autre.  

Des travaux au coût exorbitant

Ici, tout le monde est unanime. L'état des routes rend la conduite désagréable, sinon dangereuse. Un constat partagé par la maire (SE) Sylvie Gatineau, qui voudrait remettre à neuf les 58 kilomètres de voiries. Malheureusement, elle n'en a pas les moyens. Pour une ruelle de 500 mètres, par exemple, le devis s'élève à 350.000 euros. Rédhibitoire. "Avant, il y avait moins de voitures, moins de camions...", note-t-elle. "On se retrouve dans une situation difficile pour maintenir la sécurité des gens." 

Lire aussi

L'édile a donc eu une idée. D'ici peu, la vitesse maximale autorisée passera de 50 à 30 km/h pour éviter les accidents et améliorer la sécurité au quotidien. Une solution qui permettra aussi à la collectivité de réduire le risque de poursuite pour défaut d'entretien.


La rédaction de TF1 | Reportage Erwan. Braem, Christophe Devaux

Tout
TF1 Info