Les partis pris : "Les grosses ficelles de Sophie Binet", "La France plus partageuse que jamais" et "Oui, Erdogan peut perdre"

Publié le 27 avril 2023 à 19h50, mis à jour le 27 avril 2023 à 23h40

Source : 24H PUJADAS, L'info en questions

Tous les soirs, Jean-Michel Aphatie, François Lenglet et Abnousse Shalmani donnent leurs points de vue sur un sujet d'actualité dans 24H Pujadas sur LCI.

On ne connaissait pas beaucoup Sophie Binet. En général, elle a une bonne tête politique. Arrivée à la tête de la CGT il y a un mois, elle est très médiatisée parce que les conflits sur les retraites continuent même si la loi a été promulguée. Sur le plateau de LCI le lundi 17 avril, le soir où Macron a fait son allocution, Sophie Binet a su impressionner par son calme, son naturel et par son trait d’humour qui a fait rire tout le monde. Par contre, sa danse avec la vieille chanson qui a marqué Jean-Michel Aphatie, et ses maladresses qui se sont enchaînées lors de ses récentes prises de parole, il estime que ce sont de grosses ficelles.

Les instruments économiques se perfectionnent aujourd’hui et permettent le débat sur des bases solides. Par exemple, selon un rapport de l’INSEE sur les revenus primaires avant répartition, les 5% les mieux payés touchent 40 fois plus que les 5% les moins bien payés. Mais après redistribution, les 5% les mieux payés n’ont plus que cinq fois plus d’argent que les 5% les moins bien payés. Il y a donc un effet de redistribution de flux essentiel. Autre exemple, 32% des Français reçoivent plus de l’État, qu’ils ne lui versent. Par ces exemples, et bien d’autres encore, selon Pascal Perri, la France est plus partageuse que jamais.

Dans l’excès, Erdogan promet, plus rapide que son ombre, la titularisation d’un demi-million de vacataires dans l’abaissement de l’âge de retraite, la revalorisation du salaire minimum, la construction de milliers de logements sociaux, la baisse de factures d’électricité et de gaz… Cela ne s’arrête plus. Pourtant, Abnousse Shalmani affirme qu' Erdogan peut perdre. La simplicité de Kiliçdaroglu est d’une efficacité redoutable. Il n’y a pas un seul institut de sondage en Turquie qui donne Erdogan gagnant. Kiliçdaroglu est assuré d’une victoire, certes serrée, mais quand même d’une victoire.

Du lundi au vendredi, à partir de 18h, David Pujadas apporte toute son expertise pour analyser l'actualité du jour avec pédagogie.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info