Replay - Impact Positif du samedi 2 mars 2024 : François Purseigle : Agriculture : « Il n’y a pas de rejet de la question environnementale »

Publié le 2 mars 2024 à 14h52, mis à jour le 2 mars 2024 à 15h08

Source : Impact Positif

Alors que le Salon de l’Agriculture se termine ce WE, retour sur ces semaines de crise avec le sociologue, spécialiste des mondes agricoles et auteur d’ « Une agriculture sans agriculteurs » aux Presses de Sciences Po.

Tout d’abord, il faut comprendre la réalité du monde agricole, fait d’une multitude de modèles et où celui du couple à la tête d’une exploitation familiale ne représente plus que 20% du nombre d’exploitations. Des exploitations en chute libre : d’ici 2030, un agriculteur sur 2 partira à la retraite et la relève n’est pas assurée. Ni par ces jeunes ou moins jeunes néo-ruraux qui s’installent aujourd’hui. L'agriculture d'aujourd'hui est en train de devenir une "agriculture de firme", avec des salariés et des prestataires de services. Et elle n'est pas assez pensée comme tel par le monde politique. Avec François Purseigle, on revient sur les agriculteurs présents sur les barrages. Qui sont-ils ? Il s’agit tout d’abord de patrons (à la différence des Gilets Jaunes) qui sont désarmés sur de nombreux points : technologique, administratif et environnemental. Parmi eux, des producteurs en bio d’Occitanie qui se sont convertis mais qui ont ensuite été frappés de plein fouet par la crise du bio. Mais pour le sociologue, il n’y a pas de rejet de la question environnementale, et ce n’est pas la norme qui est questionnée, mais la pertinence de la norme dans tous les domaines. « On a globalement des agriculteurs qui sont engagés profondément dans la transition, convaincus qu’il faut faire évoluer leur système", explique le spécialiste. (…) "La question est celle-ci : de quels moyens seront-ils dotés pour les accompagner dans cette crise ? ».


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info