Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Propos "anti-vaccin" : la plainte contre le Pr Christian Perronne rejetée

Publié le 24 octobre 2022 à 14h19
JT Perso

Source : TF1 Info

Dans une décision rendue vendredi, la justice ordinale a donné raison au professeur Christian Perronne.
L'infectiologue à la retraite était accusé de propager des propos "outranciers" et "anti-vaccin" pendant l'épidémie.
Le Conseil national de l'Ordre des médecins va faire appel de cette décision.

La chambre disciplinaire d'Île-de-France de l'Ordre des médecins a donné raison au très controversé Pr Perronne. Dans une décision rendue le 21 octobre, dont TF1info a pu consulter une copie, elle a "rejeté" en première instance la plainte déposée en décembre 2020 par le Conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom) pour des propos jugés "outranciers" à propos de l'épidémie de Covid-19.

Pas de discours antivax, selon la chambre disciplinaire

La chambre disciplinaire se prononçait notamment sur une plainte déposée par le Cnom pour manquements au code de la santé, notamment à cause de ses "propos outranciers" tenus "dans la presse nationale, sur différents réseaux sociaux ainsi que dans son livre". Christian Perronne avait par exemple suscité la polémique après avoir affirmé qu'un médecin généraliste avait "intérêt à faire beaucoup de tests" PCR pour "toucher de l'argent". 

Lire aussi

Mais la justice ordinale a considéré qu'"il ne ressort d'aucun des éléments produits au soutien de la plainte que le Dr Perronne (...) aurait manqué à ces dispositions". Par ailleurs, la chambre disciplinaire a estimé que ses prises de position, notamment sur l'hydroxychloroquine, "n'ont pas mis en danger l’action entreprise par les pouvoirs publics, dont les orientations ont changé à plusieurs reprises au cours de la période en cause". Elle a également rejeté l'accusation selon laquelle les propos dont elle était saisie relevait du "discours antivax". 

Si la plainte du conseil national de l’Ordre des médecins est rejetée, l'infectiologue controversé reste démis de ses fonctions de chef de service. Par ailleurs, de nombreux arguments qu'il a pu utiliser depuis deux ans relèvent de la désinformation. Auprès de TF1info, le Cnom a indiqué son intention de faire appel "dans les meilleurs délais".


Felicia SIDERIS

Tout
TF1 Info