Tout le pays est en "alerte rouge" avec un risque d'allergie élevé, sauf quelques départements du nord-ouest encore en risque moyen.
Les averses des prochains jours pourront apporter un répit temporaire aux allergiques, selon le Réseau national de surveillance aérobiologique.
Elles favoriseront cependant la croissance des graminées qui "reviendront problématiques dès le retour du soleil".

Un week-end de la Pentecôte chargé sur les routes… et aussi en graminées. La quasi-totalité de la France est en "alerte rouge" avec un risque d’allergie élevé. Seulement neuf départements du nord-ouest du pays, du Finistère au Nord et au Pas-de-Calais, sont encore en risque moyen, selon la carte publiée sur son site par le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA). Ils devraient toutefois "vite passer au niveau élevé", prévient le RNSA dans son bulletin allergo-pollinique du 17 mai. 

La quasi-totalité de la France est en "alerte rouge" avec un risque d’allergie élevé, selon la carte publiée par le Réseau national de surveillance aérobiologique.
La quasi-totalité de la France est en "alerte rouge" avec un risque d’allergie élevé, selon la carte publiée par le Réseau national de surveillance aérobiologique. - RNSA

Le RNSA précise que "les averses orageuses pourront apporter un répit temporaire aux allergiques en plaquant les pollens au sol, mais favoriseront aussi la croissance des graminées qui reviendront problématiques dès le retour du soleil". "Les allergiques pourraient être gênés avant la pluie lors des orages en raison de la concentration accrue de pollens près du sol, et de l’humidité qui peut provoquer l’éclatement des pollens en particules fines pénétrant plus profondément dans les poumons". indique l’association pour la surveillance des pollens et des moisissures.

Les bons réflexes à adopter

Autour de la Méditerranée, les pollens de pariétaires (urticacées) et d'olivier (oléacées) sont de sortie avec un risque d'allergie de niveau moyen à élevé, constate le RNSA. Celui-ci sera aussi faible pour les autres herbacées en floraison (plantain et oseille). Les pollens de pinacées (pin, sapin, épicéa...) pourront jaunir les surfaces extérieures, mais ils ne sont quant à eux pas allergisants. De leur côté, les pollens de chêne "disparaissent peu à peu des radars", constate cette association. 

Les personnes allergiques sont invitées à adopter les bons réflexes pour limiter les risques. Parmi eux, le rinçage des cheveux après avoir été exposé ; l'aération des pièces de vie, au moins 10 minutes par jour, en privilégiant des horaires avant le lever et après le coucher du soleil ; la limitation des activités sportives ; ne pas faire sécher le linge à l'extérieur ou encore fermer les fenêtres en voiture.


Julien CHABROUT

Tout
TF1 Info