À partir du 15 décembre, le maintien du pass sanitaire conditionné à la 3e dose pour les plus de 65 ans

Publié le 9 novembre 2021 à 20h12, mis à jour le 10 novembre 2021 à 15h17

Source : JT 13h Semaine

COVID-19 - Pour faire face à la reprise épidémique, Emmanuel Macron a annoncé le 9 novembre le conditionnement de la validité du pass sanitaire, pour les personnes de plus de 65 ans et les personnes ayant été vaccinées avec le Janssen, à une 3e dose. Et ce à partir du 15 décembre.

Les demandes de rendez-vous pour l'injection du fameux booster vont à nouveau bondir. Lors de son allocution ce mardi, Emmanuel Macron a acté le fait que le maintien du pass sanitaire allait être conditionné à la dose de rappel pour les plus de 65 ans. Une annonce, concernant également les personnes ayant reçu du Janssen, qui doit entrer en vigueur à partir du 15 décembre. 

Alors que le nombre de cas quotidien remonte et que des études montrent une baisse de l'efficacité vaccinale au bout de quelques mois, cette catégorie s'avère la plus à risque : selon le ministère de la Santé, la moitié des patients hospitalisés en soins critiques ont actuellement plus de 65 ans, alors qu'ils n'étaient qu'un tiers fin août. 

Une désactivation du pass pour inciter à la vaccination

Pour mettre en place ce dispositif, le porte-parole du gouvernement a annoncé que le pass sanitaire des plus de 65 ans va être désactivé à partir du 15 décembre en l'absence d'une dose de rappel, "6 mois et 5 semaines" après la précédente injection.

Au 3 novembre, le ministère de la Santé recensait seulement 2,2 millions de personnes âgées, hors résidents d'Ehpad, ayant effectué leur dose de rappel, sur les 3,3 millions de personnes qui se sont fait vacciner. Soit une couverture vaccinale s'élevant à 69% de la population chez cette catégorie de la population.

Lors de son allocution, Emmanuel Macron a de nouveau expliqué que "les personnes qui ont moins de 65 ans voit aussi la protection conférée par le vaccin diminuer au fil du temps", insistant sur le fait que plus de 80 % des personnes en réanimation ont plus de 50 ans.

Les personnes fragiles, souffrant de comorbidités, ne sont pas concernés par cette obligation, mais restent fortement incités à faire une dose de rappel. Gabriel Attal a d'ailleurs expliqué que ces personnes n'étaient pas concernées par la désactivation du pass sanitaire pour des "raisons juridiques et techniques". Le pass "connaît votre âge mais il ne connaît pas vos pathologies", a-t-il détaillé.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info