Les amygdales et les végétations sont situées dans la sphère ORL et participent à l’immunité du corps.
Une opération des amygdales et des végétations peut être utile en cas d’hypertrophie douloureuse ou gênante.
Des maladies à répétition sont parfois le signe qu’une intervention chirurgicale est utile.

Faut-il enlever les amygdales ou les végétations ? La question peut se poser chez certains enfants à mesure qu’ils grandissent ou suite à une infection. Si cette chirurgie est nettement moins pratiquée qu’il y a une trentaine d’années, l’opération existe toujours. À quoi sert-elle et dans quel cas est-elle pratiquée ? On vous explique. 

À quoi servent les amygdales et les végétations ?

Les amygdales sont des organes situés dans la sphère ORL, au fond de la gorge. Les végétations, aussi appelées végétations adénoïdes, sont une zone de tissu lymphoïde, situées quant à elles derrière le nez. Toutes sont placées à l’entrée des voies respiratoires et jouent un rôle dans la défense de l’organisme contre les virus et les bactéries. Elles piègent les agents extérieurs et produisent des anticorps. Néanmoins, les amygdales et les végétations sont des agents lymphoïdes secondaires, ce qui signifie qu’elles ne sont pas indispensables et qu’il est tout à fait possible de vivre sans. Les amygdales et les végétations adénoïdes atteignent leur taille maximale au plus tard à six ans. C’est pourquoi une grande partie des interventions chirurgicales sur ces organes ont lieu dès l’enfance. 

Dans quels cas faut-il enlever les amygdales et les végétations ?

Bien souvent, l’hypertrophie des amygdales et des végétations est asymptomatique pour le patient. Néanmoins, plusieurs cas de figure peuvent justifier une opération. La première raison est tout simplement que le patient possède des amygdales et des végétations volumineuses, qui peuvent être dérangeantes si elles sont infectées par un virus ou une bactérie. En effet, il arrive alors que le volume des amygdales et des végétations augmente, ce qui peut provoquer des douleurs, des infections ou gêner l’enfant dans sa respiration et sa déglutition. 

Une opération des amygdales et des végétations peut être la solution pour soulager un enfant très fréquemment malade. “Des angines trop fréquentes, des amygdales hypertrophiques associées à un syndrome obstructif responsable de pauses respiratoires la nuit, peuvent justifier une ablation”, précise Céleste Rebours, chirurgienne ORL et cervico-facial, à nos confrères de Top Santé. Les problèmes dus aux végétations se traduisent quant à eux sous la forme “d’otites ou rhinites à répétition, de ronflements accompagnés d’une apnée du sommeil, ou une respiration buccale exclusive”, ajoute la chirurgienne ORL. 

À noter que l’opération peut être réalisée dès que les amygdales et les végétations ont atteint leur volume définitif. 

Comment diagnostiquer qu’une hypertrophie nécessite une opération ?

Une opération des amygdales et des végétations n’est nécessaire que si l’hypertrophie entraîne une augmentation anormale et régulière de leur volume. Pour le savoir, le médecin va procéder à une nasopharyngoscopie, un examen qui consiste à observer l’arrière du nez et de la gorge. Cela va lui permettre d’analyser la rougeur des amygdales, l’augmentation du volume des ganglions de la mâchoire et du cou, ainsi que les effets des amygdales sur la respiration. Une étude du sommeil peut aussi être sollicitée par le médecin, si les parents ont constaté que leur enfant arrête parfois de respirer lorsqu’il dort. Une radio du thorax et une évaluation du taux d’oxygène dans le sang peuvent également aider au diagnostic avant d’envisager une intervention chirurgicale. 

Comment se passe l’opération ?

L’opération dure environ une heure et se déroule généralement sous anesthésie générale. Le chirurgien procède à l’extraction des amygdales et des végétations par la bouche. Pour atténuer les risques de l’opération et la douleur, certains chirurgiens procèdent aujourd’hui à une ablation seulement partielle des amygdales et des végétations. On parle alors d’amygdalectomie et d'adénoïdectomie. Des antidouleurs sont ensuite prescrits au patient, qui doit par ailleurs respecter une alimentation saine durant le temps de la cicatrisation. Mais, si des saignements surviennent durant les dix jours de convalescence, il faut tout de suite se rendre aux urgences. 


Chloe BENOIST pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info