Le tai-chi, une discipline aux multiples bienfaits pour la santé

par Emma FORTON
Publié le 21 février 2024 à 10h24, mis à jour le 21 février 2024 à 13h19

Source : JT 20h WE

Selon une récente étude chinoise, 40 minutes de tai-chi équivalent à 40 minutes de montée d'escalier.
La pratique séduit tous les publics, car elle offre la possibilité d'être douce ou plus intense.
Avec de la régularité, le tai-chi comporte de nombreux bénéfices sur la santé.

"Il faut imaginer que votre adversaire est un fantôme et qu'il est aussi fort que vous. Il vous bloque et vous attaque. Donc, forcément, vous allez enchaîner des mouvements pour vous défendre et attaquer à nouveau. Même si c'est un art martial, vous n'êtes pas là pour frapper les autres", décrit Rodolphe Brandon, professeur au club Tai-Chi 91. C'est toute la philosophie de cette discipline chinoise, le tai-chi. Elle se caractérise par "un enchaînement de mouvements lents et longs", précise Frédéric Bouyé, professeur de tai-chi au sein de l'association La Grande Ourse, à Périgueux. Comparé aux arts martiaux dits "externes" comme le karaté ou le taekwondo, le tai-chi est un art martial dit "interne" car "il demande un relâchement du corps et permet de faire travailler et circuler l'énergie interne, appelée "chi"".

Déconstruire l'image d'une pratique pour les vieux

"La pratique du tai-chi a d'abord été assez confidentielle en Chine. Elle a été enseignée au sein de familles et dans les écoles, mais pas dispensée à grande échelle, expose Frédéric Bouyé. Le tai-chi s'est ensuite développé en Occident dans les années 1970 et transmis surtout pour ses vertus relaxantes et thérapeutiques." Nous avons tous l'image d'une personne âgée, dans un parc, qui réalise ce type de mouvements. Donc, le tai-chi renvoie une image de "gym ringarde pour les vieux", assure-t-il. Au fil du temps, "la dimension martiale s'est perdue, alors que c’est l’essence même de la discipline." Dans ce cas, il s'agit d'une pratique plutôt libre, que ce soit dans les mouvements exécutés et dans la récurrence des séances, et sans nécessairement les conseils de professeurs. 

Ainsi, comme le souligne Arsène Djomo Nankap, coach sportif, le tai-chi est "adapté à tout âge", car il permet une pratique à ces deux niveaux. Cependant, la majorité des écoles et des pratiquants se tournent vers le tai-chi doux. "Notre rôle, c'est de déconstruire l'image que tout le monde peut avoir de cette discipline", affirme Rodolphe Brandon. Un constat partagé par Frédéric Bouyé : "En tant que professeur, il faut essayer d'ouvrir les gens sur une partie de la pratique à laquelle ils ne pensaient pas au départ."

Les bienfaits sur la santé

Pour sentir un réel impact du tai-chi sur votre santé, la pratique doit être régulière. Le coach sportif, Arsène Djomo, recommande "trois séances par semaine" pour que la discipline montre son efficacité. Mais elle doit aussi d'être d'un certain niveau. "C'est exigent et long à acquérir, c'est pourquoi beaucoup abandonnent parce qu'au départ, ils pensaient que c'était facile", rappelle Frédéric Bouyé.

Dans ce cas, "on transpire comme un footing", atteste Rodolphe Brandon. D'ailleurs, une étude chinoise a montré que pour réduire la tension artérielle, il valait mieux faire 40 minutes de tai-chi que 40 minutes de montée d'escalier, de vélo ou de marche rapide. Pourquoi ? Il existe 13 principes dans la pratique du tai-chi. Par exemple, relâcher les coudes et les épaules naturellement, rentrez la poitrine, détendre la taille, harmoniser les mouvements des membres supérieurs et inférieurs, et enchaînez les mouvements avec continuité, sans rupture. "À chaque mouvement, ce sont les 13 principes qu'il faut appliquer. C'est alors que les principes ne font plus qu'un." D'où la difficulté et l'énergie qu'il faut mettre dans chaque geste.

Le tai-chi permet de "réduire les facteurs de risque liés aux maladies cardiovasculaires, il a un impact positif sur la motricité et la mobilité", affirme le coach sportif. Oui, car la discipline permet de "faire bouger les os et les articulations qui ne sont pas sollicités en temps normal et de laisser celles qui bougent tout le temps. Cela passe par des manières d'activer le corps afin d'éviter les douleurs au dos, aux épaules ou aux genoux. Vous repartez avec un autre corps", détaille Rodolphe Brandon. L'intérêt, c'est que les mouvements appris peuvent ensuite être réinvestis pour faciliter et soulager des gestes du quotidien. 

Comme le raconte Frédéric Bouyé, c'est son médecin qui lui a conseillé de faire du tai-chi par rapport à des problèmes de nervosité et d'insomnie. Depuis, plus rien. La discipline a eu "une action de détente du corps, donc de l'esprit. Elle vide la tête et chasse les pensées parasites. Elle procure un sentiment de bien-être". Mais il y a aussi d'autres répercussions favorables sur la santé comme la baisse de l'hypertension, l'amélioration de l'équilibre, de la concentration et du sommeil, ou encore l'assouplissement des membres.


Emma FORTON

Tout
TF1 Info