Bien dans son corps, bien dans sa tête

Stress : comment l'identifier pour mieux le gérer ?

Geoffrey Lopes
Publié le 2 décembre 2021 à 9h00
Stress : comment l'identifier pour mieux le gérer ?

Source : iStock

RESTER ZEN - Le stress perturbe notre esprit et notre organisme jusqu’à provoquer parfois des maladies. Des méthodes existent pour s’en préserver.

Après le mal de dos au XXe siècle, les médecins font du stress le mal du XXIe siècle. En France, environ 2 salariés sur 3 souffriraient du stress. Il coûterait 1,6 milliard d’euros par an à la Sécurité sociale. Au-delà d’une pression professionnelle constante, un rendez-vous privé ou professionnel, du bruit permanent, un changement de vie soudain et imprévu, un examen ou une compétition, une tension familiale, des soucis de santé ou encore un évènement traumatique peuvent également générer du stress.

Il s’agit d’un phénomène psychique et physiologique produit par l’organisme. Il correspond à un ensemble de réactions spontanées lorsque notre corps se retrouve confronté à une situation difficile ou inattendue. Il provoque une poussée d’adrénaline immédiate qui accélère le rythme cardiaque et amplifie le souffle. Il déclenche des réactions émotionnelles puissantes (peur, colère, désir ou enthousiasme). La mémoire peut devenir fulgurante et les capacités d’analyses sont susceptibles de s’affûter. 

Le bon et le mauvais stress

Attention, le stress ne renvoie pas toujours à un sentiment négatif. Il oxygène davantage les muscles qui se contractent et gagnent en puissance. Il délivre de l’adrénaline qui stimule le système nerveux et hormonal. Il accroît les réflexes et la puissance physique.

Mais en s’installant dans la durée, le stress ponctuel physiologique tend vers une pathologie chronique. De l’inquiétude générée, vous en arrivez à vous angoisser, parfois jusqu’à l’épuisement. La pression devient oppression : le stress rend malade. Maurice Bensoussan, président du Syndicat des psychiatres français et de l'Association française de psychiatrie, énumère la liste des maux imputables au stress : "angine de poitrine, accroissement de la pression artérielle, affaiblissement du système immunitaire, irruption cutanée, accélération du rythme cardiaque, troubles comportementaux et insomnies, etc. Méfiez-vous-en donc et faites attention aux premiers signes : troubles alimentaires, hyperémotivité, douleurs chroniques, etc.

Un bouclier trompeur

Maurice Bensoussan rappelle que le stress affecte chacun de manière différente : "Le stress reste plurifactoriel : alimentaire, environnemental, affectif, etc. C’est souvent génétique et immunitaire. Il affecte principalement les émotions et l’imaginaire." Il regrette surtout que l’on se cache derrière le stress et prévient que d’autres problématiques peuvent se glisser derrière ce sentiment. "On peut tout attribuer au stress. C’est d’abord un fait qui met une personne en difficulté si elle ne peut pas échapper à cette situation. Il ne faut pas faire l’impact sur notre comportement, la place que nous donnons à des sentiments, des évènements, des émotions, les risques liés à notre santé, etc., pour comprendre notre état de stress. Il découle souvent de ces facteurs." 

Lire aussi

Astuces pour gérer le stress

Nos vies instantanées suscitent beaucoup de stress et nous avons un mal fou à nous en défaire. Des astuces peuvent néanmoins nous aider à nous en délivrer.

- Positivez : transformez une critique, a priori agressive, en défi permettant de progresser.

- Surpassez des échecs et des douleurs chroniques : les accepter nous aide à les surmonter.

- Prenez soin de vous : gardez une bonne hygiène, engagez une thérapie, accordez-vous du temps.

- Faites du sport : défoulez-vous, offrez-vous plusieurs moments hebdomadaires pour dépenser votre énergie.

- Faites jaillir votre imagination : dessinez, jouez de la musique, cuisinez, jardinez, etc.

- Soignez votre sommeil : préparez-vous à dormir et évitez les écrans dans la chambre.

- Détendez-vous régulièrement : sieste, méditation, yoga.

- Mangez du sucré réduit le taux de cortisol (une hormone du stress).

Ne considérez pas le stress comme une fatalité. Pour le combattre, les médecins conseillent d’en comprendre les causes et modifier votre mode de vie.


Geoffrey Lopes

Tout
TF1 Info