Aux Etats-Unis, les industriels devront indiquer que l’homéopathie ne fonctionne pas

Julie Bernichan
Publié le 23 novembre 2016 à 17h47
Aux Etats-Unis, les industriels devront indiquer que l’homéopathie ne fonctionne pas

Source : Thinkstock

PUBLICITÉ MENSONGÈRE– L’agence qui régule le commerce aux Etats-Unis vient d’enjoindre aux fabricants d’indiquer clairement sur les étiquettes que les traitements sont inefficaces, en l’absence de preuves scientifiques. Une décision qui relance le débat sur l’efficacité de l’homéopathie.

L’homéopathie, leurre ou véritable alternative aux médicaments traditionnels? Le débat fait rage. En France, la prise de substance active a fait des adeptes. L’assurance maladie rembourse d’ailleurs ce type de médicaments à hauteur de 30%. Mais voilà, aucune étude scientifique ne prouve qu’ils guérissent. Chaque pays adopte donc sa propre stratégie. 

Aux Etats-Unis, la Federal Trade Commission (FTC), la direction américaine de la consommation et de la concurrence a tranché. Soit le fabricant prouve l’efficacité de sa molécule, étude clinique à l’appui, soit il indique de façon claire que son résultat est incertain. Le produit homéopathique devra ainsi mentionner qu’"il n’y a aucune preuve que le produit fonctionne" comme le révèle le site The Independant. C’est la fin du statut privilégiée accordée depuis 1988, donc. La marche à suivre devra être la même que pour un autre médicament. 

Des produits trop dilués

Alors qu’est-ce que ça change s’il peut tout de même être commercialisé ? L’information du patient répond l’agence américaine. "L’homéopathie, qui date de la fin du XVIIIème siècle, est fondée sur l’idée que les symptômes de la maladie peuvent être traités par des doses minuscules de substances qui produisent des symptômes similaires" rappelle-t-elle. La philosophie repose donc sur un effet mirroir : une certaine substance va provoquer une série de symptômes chez une personne saine mais les éliminer chez une autre malade, en faisant varier les quantités. Une théorie remise en question par la médecine moderne. 

Et même si elle est acceptée, "beaucoup de produits homéopathiques sont tellement dilués qu’ils ne contiennent plus de quantité détectable de la substance initiale", précise encore le FTC. En clair, un médicament homéopathique serait ni plus ni moins un placebo. Ceci dit, une étude publiée en octobre dernier montrait qu’un médicament sans principe actif pouvait quand même soulager les douleurs. Et ce, même lorsqu’on savait qu'il s'agissait d'un placebo. 

Le gouvernement lance une campagne pour promouvoir les médicaments génériquesSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Julie Bernichan

Tout
TF1 Info