AVC, hypertension... La sieste régulière ne serait pas si bénéfique, selon une étude

A Lo.
Publié le 1 août 2022 à 22h41, mis à jour le 2 août 2022 à 13h26
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Une étude conduite sur 360.000 participants par le centre de recherches UK Biobank montre que la sieste ne serait pas si bénéfique.
Signe de problèmes de sommeil, les personnes qui font la sieste régulièrement auraient plus de chance de développer de l'hypertension artérielle ou de faire un AVC.

Grand classique de la période estivale, la sieste est vue comme un moment de pause pour mieux se reposer dans la journée. Mais faire des siestes régulières ne serait pas forcément un signe de bonne santé. C'est en tout cas ce qu'affirme une étude conduite auprès de 360.000 participants par le centre de recherches UK Biobank. Selon elle, les personnes qui font des siestes régulièrement auraient plus de chance de développer de l'hypertension artérielle ou de faire un AVC.

Une pratique qui traduit des problèmes de sommeil

Ces résultats, parus le 25 juillet dernier dans la revue de l'association américaine sur l'hypertension (AHA), montrent ainsi que les participants à l'étude qui font habituellement la sieste pendant la journée sont 12% plus susceptibles de développer une hypertension artérielle au fil du temps. 

Ils seraient également 24% plus susceptibles de faire un AVC que les personnes qui ne font jamais la sieste. Par ailleurs, pour les personnes de moins de 60 ans, le risque de développer une hypertension artérielle augmenterait de 20% pour les grands amateurs de la sieste, par rapport aux personnes qui n'en font jamais ou très rarement.

Le sommeil comme signe de bonne santé

Comment l'expliquer ? Pour le psychologue clinicien Michael Grandner, qui n'a pas participé à l'étude, ces résultats montrent que la sieste est souvent le signe de problèmes de sommeil. "Bien que faire une sieste en soi ne soit pas nocif, de nombreuses personnes qui font des siestes peuvent le faire en raison d'un mauvais sommeil la nuit. Un mauvais sommeil nocturne est associé à une mauvaise santé, et les siestes ne suffisent pas à compenser cette situation", a-t-il expliqué auprès de CNN.

Ces observations se confirment d'autant plus que la plupart des participants à l'étude qui déclaraient faire régulièrement des siestes fumaient par ailleurs des cigarettes, buvaient quotidiennement, ronflaient, souffraient d'insomnie et déclaraient être plutôt des personnes du soir. Or beaucoup de ces facteurs ont un impact sur la qualité et la quantité du sommeil d'une personne, selon le médecin Raj Dasgupta, professeur associé de médecine clinique à la Keck School of Medicine de l'Université de Californie du Sud.

Lire aussi

Un mauvais sommeil entraîne "une fatigue en journée excessive qui peut se traduire par des siestes excessives", a-t-il déclaré. D'où le développement plus fréquent d'hypertension artérielle. En cas d'insomnie, ce spécialiste ne recommande donc pas de longue sieste d'une heure à deux heures, qui contribuerait à nouveau à décaler le cycle nocturne du sommeil. Par contre, "une sieste réparatrice de 15 à 20 minutes entre midi et 14h est la meilleure solution si vous manquez de sommeil". 


A Lo.

Tout
TF1 Info