Bronchiolite : les bons gestes pour préserver votre bébé

par Benedicte FLYE SAINTE MARIE pour TF1 INFO
Publié le 5 octobre 2023 à 7h00

Source : JT 20h WE

Cette maladie qui survient par vagues concerne très majoritairement les tout-petits
Généralement bénigne, elle peut se compliquer et aller jusqu’à la détresse respiratoire
Des mesures d’hygiène simples peuvent l’empêcher de se propager

Lancé mi-septembre, un vaccin contre la bronchiolite, infection affectant les petites bronches, est administré aux nouveaux-nés dans les maternités et permet de prévenir ses formes graves. À l’avenir, ses vagues épidémiques, qui débutent généralement fin septembre ou début octobre pour se terminer à l’arrivée du printemps, devraient donc faire nettement moins de ravages. Mais cette maladie provoquée par le Virus Respiratoire Syncitial (VRS) ne disparaîtra pas pour autant. Certaines précautions continuent donc à s’imposer lorsqu’on est parent d’un très jeune enfant. Sur le total des personnes concernées par cette maladie, 80 % concernent en effet les bébés de moins de trente mois et plus particulièrement ceux qui ont entre deux et sept mois. 

Quels symptômes doivent alerter les parents ?

Elle se traduit d’abord par un nez qui coule, une toux sèche et une fièvre modérée, puis une respiration entravée, qui s’accélère et s’interrompt pendant de brefs instants. Les bronches sont encombrées et il n’est pas rare que l’on perçoive des sifflements quand l’enfant expire. Il manque d’appétit, y compris pour boire au sein et au biberon. Ces manifestations disparaissent généralement en l’espace de huit à dix jours. Mais il arrive que la bronchiolite se complique et provoque une surinfection bactérienne obligeant à la prescription d’antibiotiques. Elle peut même parfois engendrer une détresse respiratoire qui conduit à l’hospitalisation, parfois assortie des soins de réanimation 

Les bons réflexes anti-contagion

Fréquente, la bronchiolite n’est donc pas pour autant anodine. Pour prémunir votre bébé, il est très important que les parents adoptent en cette saison de saines habitudes. Parce qu’elle est extrêmement contagieuse et que les gouttelettes de ce virus restent vivantes sept heures après avoir été projetées, veillez d’abord à vous nettoyer soigneusement les mains au savon ou au gel hydroalcoolique avant de vous occuper de votre enfant. C’est impératif au moment de le faire manger, de le changer, de lui donner ses médicaments et également après vous être mouché(e). Ne l’emmenez pas dans des sites fermés où l’on trouve une forte concentration humaine, notamment dans les transports en commun, magasins et centres commerciaux. Fuyez aussi tous les lieux, même moins fréquentés, où l’on fume. S’ils ont un rhume, demandez aux membres de votre entourage de ne pas vous rendre visite. Au sein de la famille, évitez dans cette situation les câlins et les bisous. Imposez le port du masque si certains contacts sont impératifs. Si votre bébé a des frères et sœurs, il faut absolument aussi interdire les échanges de doudous, de jouets ou de tétines, surtout s’ils sont dans un âge où ils portent tout à la bouche ou s’ils sont scolarisés. Enlevez vos chaussures lorsque vous rentrez chez vous afin de ne rapporter de l’extérieur aucun germe. Aérez sa chambre régulièrement et ne la surchauffez pas. Et si vous le pouvez, équipez cette pièce d’un purificateur d’air, qui humidifiera et assainira ce dernier. 


Benedicte FLYE SAINTE MARIE pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info