Cancer du sein : le rôle majeur de la prévention dans la lutte contre la maladie

par Aurelie DUHAMEL pour TF1 INFO
Publié le 4 février 2024 à 9h00

Source : Bonjour !

Avec environ 61.214 nouveaux cas en 2023, le cancer du sein reste le plus mortel chez les femmes en France.
Face à cette maladie multifactorielle, les femmes sont appelées à se faire dépister tous les deux ans à partir de 50 ans.
La mise en place de gestes préventifs permet de réduire considérablement les risques.

Le cancer du sein est non seulement le plus fréquent, mais le cancer le plus meurtrier chez la femme, devant celui du côlon-rectum et du poumon. D’après les chiffres de l’Institut national du cancer, 61 214 nouveaux cas de cancer du sein ont été détectés en France métropolitaine en 2023, avec un âge moyen de 64 ans au moment du diagnostic. Malgré tout, l’organisme chargé de coordonner la lutte note plusieurs signes d’encouragement : l'incidence et sa mortalité décroissent d’année en année. Dans le même temps, une détection précoce de la maladie augmente de façon importante les chances de guérison. En France, chaque femme est encouragée à faire une mammographie dès l’âge de 50 ans dans le cadre d’un dépistage organisé. Mais au-delà de cet examen, la prévention commence en priorité par intégrer des habitudes plus saines à son quotidien.

Cancer du sein : quels sont les comportements à risque ?

Grâce aux progrès de la médecine, le taux de survie du cancer du sein est de plus en plus encourageant. L’âge fait partie des principaux facteurs de risque, avec 80 % des cancers qui se développent après 50 ans. Hormis cela, il est possible de reprendre sa vie en main en limitant les comportements à risque. Ces actions de prévention passent notamment par l’arrêt du tabac, qui augmente le risque de contracter une tumeur mammaire. D’autres études ont montré que l’alcool avait des conséquences similaires. L'Institut national du cancer affirme que 17 % des cancers du sein sont attribuables à une consommation d’alcool régulière, voire modérée. Aussi, le surpoids ou l’obésité sont des facteurs de risque sur lesquels vous pouvez agir, en adoptant une hygiène de vie plus saine. Près de 20 000 cancers du sein pourraient ainsi être évités chaque année. 

Les femmes doivent veiller à leur équilibre alimentaire

Pour réduire les risques de cancer du sein, il faut surveiller son alimentation de très près. Elle doit être la plus variée possible, en veillant à manger suffisamment de légumes, de fruits, de céréales complètes et légumineuses. Limitez aussi la consommation de viande rouge (500 g par semaine) et charcuterie (150 g par semaine), de boissons sucrées, et plus généralement, d’aliments ultra-transformés et riches en graisse. Réduisez également le sel et les acides gras trans de synthèse, nocifs pour la santé. Gardez par ailleurs à l’esprit que ces bons comportements nutritionnels doivent s’accompagner d’une activité sportive régulière. À ce sujet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande aux adultes de faire au moins 150 à 300 minutes d’exercices modérés par semaine, soit 30 à 60 minutes chaque jour, pour lutter contre la sédentarité. 

Tenir en compte des antécédents familiaux

Les antécédents familiaux jouent également un rôle dans le risque de développer un cancer du sein. Ainsi, le fait d’avoir eu dans sa famille des cas de cancer du sein peut augmenter ce risque. Le cancer du sein est susceptible de se transmettre d’une génération à une autre. Certains traitements hormonaux de la ménopause peuvent aussi exercer une influence sur l’apparition de ce cancer. En cas d’antécédents familiaux ou personnels, il est important d’en parler avec son médecin généraliste ou avec votre gynécologue. 


Aurelie DUHAMEL pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info