Canicule : la France face à une nouvelle vague de chaleur

Canicule : sait-on combien de victimes ont fait les vagues de chaleur ?

Felicia Sideris
Publié le 29 juillet 2022 à 12h48, mis à jour le 29 juillet 2022 à 12h55
JT Perso

Source : JT 20h WE

Quatre décès ont eu lieu au travail pendant une période de canicule, selon Santé publique France.
Dans son dernier bilan publié jeudi, l'agence sanitaire ne précise pas le nombre total de victimes de la chaleur.
L'occasion de faire le point sur la méthode utilisée par les autorités.

Alors qu'une troisième vague de chaleur va frapper la France, on ne connait toujours pas le bilan humain des deux premiers épisodes caniculaires. Dans son dernier bilan publié ce jeudi 28 juillet, Santé publique France (SPF) a fait état de quatre décès au travail "en lien possible avec la chaleur", sans toutefois préciser le nombre de victimes de la chaleur. Comment expliquer qu'on ne dispose pas de ces chiffres ? Et comment est réalisé ce décompte ? TF1info répond à ces questions. 

Une surmortalité observée "sur les trois premiers jours"

Au-delà de mettre en place des mesures pour réduire les risques sanitaires liés au réchauffement climatique et aux vagues de chaleur, la mission de l'agence nationale de santé publique est aussi de "surveiller l’évolution des vagues de chaleur et ses conséquences sanitaires". Comprendre par là que c'est à elle qu'incombe la responsabilité de faire le bilan humain des canicules en France. 

Pour ce faire, l'agence sanitaire a mis en place le Système d'alerte canicule et santé (Sacs) qui s'appuie sur les indicateurs provenant de différentes sources. À partir de ces données, Santé Publique France va calculer la "surmortalité". Cet indicateur "est estimé par comparaison aux années précédentes, hors périodes de canicule, dans les départements et pendant les périodes où les seuils d'alerte canicule ont été dépassés", explique-t-elle. Comprendre par là qu'il n'y a pas réellement de lien incontestable entre les décès et la chaleur, mais que les spécialistes remarquent une mortalité inhabituelle qui a lieu lors d'épisodes de chaleur. 

Lire aussi

Cette analyse est aussi confirmée par l'intensité du phénomène. De fait, comme le souligne SPF, "un degré de différence se traduit par une augmentation très forte de la mortalité", et ce de manière "très immédiate". "Elle se concentre sur les trois premiers jours suivants l'exposition", précise-t-elle. 

Entre l'enregistrement des actes de décès et l'analyse des données, l'étude de la mortalité se fait donc sur le long terme. Ce qui justifie la longueur des délais. "Concernant la mortalité, l'excès ne peut être estimé qu'un mois après l'épisode caniculaire", rappelle ainsi l'agence à chaque point. A contrario, concernant les victimes de la chaleur au travail, les données s'appuient sur les seules remontées de l'inspection du travail. Celle-ci transmet simplement les signalements d'événements survenus sur le lieu de travail, suspectés en lien avec la chaleur. 

Alors quand pourra-t-on connaître le bilan humain ? Celui-ci sera publié "en fin d’été", affirme Santé publique France auprès de TF1info.


Felicia Sideris

Tout
TF1 Info