Covid-19 : les non-vaccinés sont-ils largement plus touchés par les cas graves et les décès ?

Publié le 17 décembre 2021 à 17h45

Source : TF1 Info

FACTEUR DE RISQUE - Les professionnels de santé sont nombreux à mettre en avant la surreprésentation des personnes non-vaccinées parmi les patients développant des formes graves. Un ressenti de terrain qui se confirme lorsqu'on explore les statistiques.

Ces dernières semaines, les militants hostiles à la vaccination ont pointé du doigt le fait qu'à l'hôpital, une majorité de patients accueillis pour cause d'infection au Covid-19 étaient vaccinés. La preuve, selon eux, que le vaccin était inutile, ou a minima peu efficace. LCI avait alors rappelé qu'au sein d'une population de plus en plus largement vaccinée, il devenait logique d'observer un tel basculement, sachant qu'il est établi que le vaccin ne procure pas une protection parfaite, en particulier au fil des mois.

Pour autant, qu'en est-il des formes les plus graves, celles qui conduisent à des prises en charge dans les services de soins critiques ou au décès des patients ? À en croire les professionnels de santé, en première ligne dans les hôpitaux, les non-vaccinés seraient bien, aujourd'hui, plus touchés. Le président de l'association des médecins urgentistes de France, Patrick Pelloux, a notamment indiqué jeudi soir sur BFMTV qu'à l'heure actuelle, "75% des malades qui sont en réanimation sont des malades non-vaccinés". Une surreprésentation qui s'observe à travers les chiffres officiels.

Les enfants, un biais majeur

Pendant de longs mois, il a été impossible de connaître le statut vaccinal des personnes admises à l'hôpital en raison du Covid. Des données "difficile à rassembler", nous expliquait-on du côté du ministère de la Santé, puisque cela supposait de parvenir à rassembler et faire communiquer entre elles une série de bases de données distinctes. Néanmoins, après avoir planché sur la question, la Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques (Drees) est désormais en mesure de fournir des chiffres détaillés sur le sujet, accessibles à tous

Il est ainsi possible de comparer, en fonction du statut vaccinal, le nombre de personnes admises à l'hôpital, de distinguer celles qui font l'objet d'une prise en charge en soins intensifs, ainsi que de recenser les décès au fil de temps. Pour disposer de résultats les plus fiables possibles, il convient de faire une moyenne des différents chiffres disponibles sur une période de 7 jours glissants. Dans le même temps, la logique veut que l'on compare les résultats par rapport au nombre global de personnes vaccinées et non-vaccinées, d'où le choix de toujours se baser sur des calculs pour 100.000 habitants. Enfin, nous avons fait le choix de ne faire référence qu'aux patients hospitalisés pour cause de Covid-19 et qui avaient au préalable été testés positifs, de sorte que leur prise en charge soit à coup sûr liée au virus.

Que nous apprennent les dernières remontées de la Drees ? Que les non-vaccinés apparaissent globalement plus à risque. Ce dont témoigne le graphique ci-dessous, également accessible via ce lien.

On constate en un coup d'œil que les personnes non-vaccinées sont largement plus représentées à l'hôpital, rapporté à leur proportion dans la population. Le risque d'être hospitalisé est ainsi 3 fois supérieur, tout comme celui de décéder du virus. Le risque d'être pris en charge en soins critiques apparaît pour sa part 4 fois supérieur. Toutefois, ces données présentent des biais : parmi les personnes non-vaccinées, on compte en effet aujourd'hui l'ensemble de moins de 12 ans, soit 9,4 millions de personnes en France. Sachant que les plus jeunes présentent des risques très largement inférieurs, leur comptabilisation au sein des non-vaccinés vient fausser notre perception des risques. Pour mieux les visualiser, il semble ainsi utile de se focaliser sur les personnes les plus fragiles, à savoir les plus de 60 ans, qui sont 18 millions dans l'Hexagone.

Les risques démultipliés chez les plus de 60 ans

Si les formes graves n'épargnent aucune génération, il semble légitime de se focaliser sur les personnes les plus âgées au sein de la population pour évaluer des risques d'une absence de vaccination. Rappelons ainsi que plus de 90% des décès dus au Covid-19 ont frappé des personnes âgées de 60 ans et plus. En se focalisant sur cette tranche d'âge, pour laquelle on effectue les mêmes calculs que ceux présentés plus haut, il est tout à fait possible de comparer le risques supplémentaires encourus dans le cadre de l'épidémie par les Français non vaccinés. 

La graphique ci-dessus, accessible via ce lien, souligne que pour 100.000 personnes de plus de 60 ans, on compte actuellement en moyenne 1,48 hospitalisation quotidienne en raison du Covid-19. Chez les non-vaccinés, ce chiffre bondit puisqu'il s'établit à plus de 13. Il en va de même pour les admissions en soins critiques, ainsi que pour les décès. Rapporté à un échantillon de population identique, le virus tue 9 fois plus de personnes n'ayant pas reçu de vaccin.

Si ces chiffres viennent conforter les témoignages des soignants, ils mettent aussi en évidence l'impact positif d'une dose de rappel. Les remontées de la Drees sont en effet très claires : chez les personnes vaccinées depuis plus de 6 mois et qui n'ont pas reçu de dose de rappel, la protection contre les hospitalisations et les décès diminue. Elle s'avère ainsi deux à trois fois inférieure. 

En conclusion, les remontées d'informations en provenance des hôpitaux mettent donc en évidence le risque plus qu'accru de développer des formes graves si l'on n'est pas vacciné. Déjà significatives lorsque l'on se penche sur la population dans son ensemble, les données relatives aux plus de 60 ans sont d'autant plus éloquentes. Dans cette classe d'âge, les risques de décès ou de passage en soins intensifs sont presque multipliés par 10 pour les non-vaccinés. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas DESZPOT

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info