Connaissez-vous “les sueurs de viande”, ce phénomène post-digestion qui vous fait transpirer à grosses gouttes ?

par Aurelie DUHAMEL pour TF1 INFO
Publié le 28 janvier 2024 à 13h00

Source : JT 20h WE

Vous en avez peut-être déjà fait l’expérience : après un repas riche en protéines, vous êtes pris de bouffées de chaleur ou d'une transpiration excessive.
Ce phénomène, appelé "sueurs de viande", survient souvent après un repas de fêtes, ou l’été, saison propice aux grillades jusqu’à la tombée de la nuit.
Pour ne pas subir les retombées de ces festins gargantuesques, voici quelques conseils pour contrer ces "gueules de bois à la viande".

Notre estomac a souvent bien du mal à métaboliser les repas trop riches en viande ou en poisson. On pense naturellement à l’hiver, avec ses incessants ballets de plats tous plus copieux les uns que les autres, que sont notamment les chapons farcis, foie gras, dindes aux marrons et autres raclettes. 

Contrairement aux idées reçues, on ne fait pas forcément plus light en été ! Si certains se nourrissent essentiellement de fruits et de salades composées, pour d’autres, c’est le barbecue qui règne en maître ! Chipolatas, merguez, travers de porc, le tout arrosé de sauces… Le temps des grillades est celui de la convivialité, mais dans notre estomac, c’est parfois le branle-bas de combat. Mais alors que vous ingurgitez toutes ces protéines, la chaleur envahit soudainement votre corps, vous vous mettez à transpirer à grosses gouttes… Vous expérimentez alors ce que l’on appelle "les sueurs de viande", appelée aussi "gueule de bois de viande", qui entraîne d’importants inconforts digestifs. 

"Sueurs de viande", ce trop-plein de protéines qui vous donne chaud

Consommés en quantité importante, les œufs, le poisson ou encore la viande peuvent vous donner une sensation de chaleur excessive. Si l’on transpire naturellement l’été, c’est encore plus vrai après avoir ingéré les protéines présentes en grande quantité dans ces aliments. Le problème, c’est que ces molécules biologiques sont relativement difficiles à digérer pour de nombreuses personnes. Il vous faudra donc bien plus d’énergie à votre organisme pour les assimiler et les digérer : ce processus va engendrer une production de chaleur dans l’organisme, appelé "thermogenèse". 

D’après Presse Santé, la chaleur corporelle augmente “surtout lorsque vous consommez 30 grammes de protéines ou plus en une seule fois”. Le mécanisme à l’origine des “sueurs de viande” peut également être accentué par la consommation d’alcool ou de plats épicés. 

Comment y remédier ?

Ces "sueurs de viande" vont parfois de pair avec d’autres troubles digestifs, comme des maux d’estomac ou des ballonnements, bien souvent liés à la présence de nitrates, sodium et conservateurs ajoutés. Premier conseil : évitez autant que possible les viandes transformées et charcuteries, par ailleurs, mauvaises pour le cœur.

Pour faciliter la désintoxication, buvez beaucoup d’eau ! Si vous avez eu un bon coup de fourchette, n’hésitez pas à non plus à faire une petite marche après le repas plutôt que de vous affaler sur le canapé. En plus de limiter l’alcool et les épices qui peuvent aggraver la transpiration et vous empêcher de dormir, servez-vous raisonnablement. 

À l’approche du coucher, surtout, il est préférable de se contenter d'une portion de viande ou de poisson de 80-200 grammes par repas, ajoute Presse Santé. En revanche, il n’y a aucune contre-indication à vous resservir en légumes et féculents en cas de fringale. Autre astuce : essayez d’espacer les repas d’au moins trois heures pour permettre à votre organisme de récupérer.


Aurelie DUHAMEL pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info