La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

Afflux de touristes, fatigue du personnel... Le petit hôpital d'Arcachon sous pression face à la 5e vague

Léa Tintillier | Reportage Y. Chambon, C. Devaux
Publié le 19 décembre 2021 à 16h07
JT Perso

Source : TF1 Info

COVID-19 - Les stations balnéaires voient arriver de nombreux touristes pendant les vacances de Noël. À Arcachon, le petit hôpital est déjà débordé et craint cet afflux de vacanciers. Les personnels de santé se disent au bord de la rupture.

À sept jours de Noël, les touristes affluent à Arcachon (Gironde). Avec eux, le masque est de retour, y compris à l’extérieur, afin de se protéger pour passer de bonnes fêtes sans mettre ses proches en danger. "On va rester en famille et on va aller se promener là où il y a moins de monde", affirme une femme dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. "Ce qui serait bien, c’est que les gens essaient de ne pas trop sortir et de ne pas se retrouver dans des endroits où il y a beaucoup de monde. Moi, c’est ce que je fais", poursuit une autre. 

Mais ce brassage de population inquiète quand même le petit hôpital déjà saturé de cette station balnéaire. Chaque jour, de nouveaux patients arrivent. Un homme vient seulement de sortir de réanimation. Non vacciné, il est un cas de Covid en plus pour les infirmières déjà débordées. 

"Je comprends bien que pour elles, ce n’est pas facile. Elles ont beaucoup de travail, mais j’ai un manque de confiance dans le vaccin et je n’aime pas trop le fait de forcer les gens. On est en démocratie, on fait des choix", témoigne ce patient qui a frôlé la mort. 

"Les infirmiers qui restent sont épuisés"

Sur les 12 patients pris en charge pour Covid-19 dans cet hôpital, un seul est vacciné. "On ne fait pas de discrimination, on soigne tout le monde. Vaccinés comme non-vaccinés", assure Karine Parot, infirmière. Mais pour accueillir ces patients, il est nécessaire de déprogrammer d’autres opérations. 

Les personnels de santé se disent au bord de la rupture. "Il y a beaucoup d’arrêts maladies. Malheureusement, nous, on est rappelées sans cesse donc les agents ne peuvent pas prendre leurs repos. Ceux qui restent maintenant sont épuisés", affirme Marion Longuépée, infirmière. 

Lire aussi

"On a toutes l’impression que ça ne va pas s’arrêter parce que ça fait deux ans qu’on ne fait que ça. Là, en l’espace de quelques semaines, on a de plus en plus de Covid", ajoute Juliette Villeflayoux, infirmière. Pour résister à cette cinquième vague, l’hôpital demande d’éviter au maximum de se rendre aux urgences et appelle tous les soignants libéraux ou à la retraite à venir en renfort pendant les fêtes. 


Léa Tintillier | Reportage Y. Chambon, C. Devaux

Tout
TF1 Info