Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Pour Agnès Buzyn, "l'anticipation en France a été sans commune mesure avec les autres pays européens"

La rédaction de LCI
Publié le 30 juin 2020 à 19h22, mis à jour le 1 juillet 2020 à 10h08

Source : Sujet JT LCI

AUDITION - L'ex-ministre de la Santé, Agnès Buzyn, était entendue par la commission de l'Assemblée nationale ce mardi 30 juin. Face aux députés, elle a notamment défendu la réactivité de son équipe et du gouvernement.

L'"anticipation" en France face à l'épidémie de coronavirus a été "sans commune mesure avec les autres pays européens" et "toujours en avance" par rapport aux alertes des organisations internationales, a affirmé mardi l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn.

"Vous ne pouvez pas dire qu'on n'a pas été réactifs", a-t-elle insisté devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale, détaillant les décisions prises dès début janvier, alors que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ne proclame l'urgence internationale que le 30 janvier.

"Le 25 janvier, j'ai demandé à tous les hôpitaux de me faire remonter les informations, des scénarios de virulence (...) Je me projette toujours dans le risque le plus grave (...) Je mets en branle tout le système le 25 janvier", se défend Agnès Buzyn qui a démissionné le 16 février.

Celle qui assurait le 23 janvier que la France était "extrêmement bien préparée" à cette épidémie apparue en Chine un mois plus tôt, à la veille de la découverte des deux premiers cas sur le territoire, était invitée par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale à se justifier sur l'état de préparation du pays aux risques de pandémie.


La rédaction de LCI