La France retrouve le confinement

Contaminations chez les assistantes maternelles : l'étude qui sème le trouble

Vincent Kranen
Publié le 2 avril 2021 à 17h39
Selon l'institut Pasteur, les adultes sont 39% plus contaminés par le Sars-CoV-2 lorsque leur enfant est gardé par une assistante maternelle.

Selon l'institut Pasteur, les adultes sont 39% plus contaminés par le Sars-CoV-2 lorsque leur enfant est gardé par une assistante maternelle.

Source : MYCHELE DANIAU / AFP

NOUNOUS - Plus pourvoyeur d'infections que la scolarisation de son enfant à l'école élémentaire, au collège ou au lycée, envoyer son enfant chez la nounou serait un vecteur important des contaminations chez les adultes.

Les assistantes maternelles, une faille dans la politique sanitaire française contre le virus ? Une étude* de l’Institut Pasteur, parue début mars, pointe une sur-infection des adultes dont les enfants fréquentent les assistantes maternelles. 

Les parents concernés se révèlent 39% plus contaminés au SARS-CoV-2 que le reste de la population, davantage encore que les parents dont les enfants fréquentent le lycée - où l'étude note 29% de contaminations en plus - ou le collège avec 27% de parents plus contaminés. Exception notable, selon Pasteur, "avoir un enfant scolarisé en primaire n’a pas été jusqu’à maintenant associé à un sur-risque d’infection pour les adultes vivant dans le même foyer".

L'institut Pasteur recommande la vigilance

Cette étude a-t-elle influencé l'exécutif lorsqu'il a, dans un premier temps, demandé aux assistantes maternelles de cesser le travail pendant trois semaines, avant de se raviser ? La Revue d'informations professionnelles des assistantes maternelles et assistantes familiales a, de son côté, jugé l'étude non concluante, une corrélation statistique ne prouvant pas une causalité.

L'institut Pasteur précise lui dans son étude ne pas avoir pris en compte l'impact actuel des variants anglais, sud-africains et brésiliens. Un variant anglais "environ 50% plus transmissible" que la souche originelle, selon les scientifiques. De quoi démultiplier encore les potentiels effets...

*L'Institut Pasteur a étudié les comportements et pratiques associés à l'infection par le SARS-CoV-2 de 77.208 personnes, entre le 1er octobre 2020 et le 31 janvier 2021. Les données ont ensuite été comparées à un échantillon témoin de 4.351 personnes de l’institut de sondages IPSOS.


Vincent Kranen

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info