La France face à une 3e vague d'ampleur

Brigitte Bourguignon sur les visites en Ehpad : "Il faut dépister, j'en appelle à la responsabilité des familles"

La rédaction de LCI
Publié le 20 août 2020 à 10h50
JT Perso

Source : TF1 Info

INTERVIEW POLITIQUE - Invitée politique jeudi 20 août, Brigitte Bourguignon, ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités et de la Santé chargée de l'Autonomie, est notamment revenue sur la situation dans les Ehpad.

3376 nouveaux cas en 24 heures : tel est le bilan annoncé mercredi soir la Direction Générale de la Santé, selon qui la transmission du virus "s'accentue" en France. Des chiffres alarmants, inédits depuis le mois de mai. D'où cette question : faut-il réellement écarter le scénario d'un reconfinement généralisé à la rentrée si lesdits chiffres continuent de grimper ? 

"Le pays a bien compris qu’il vivait avec le virus", assure Brigitte Bourguignon, ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités et de la Santé chargée de l'Autonomie, invitée de LCI ce jeudi, appelant à "cesser d’infantiliser les Français ayant bien compris qu’il fallait adopter les gestes barrières". Reste que, ajoute-t-elle dans la lignée des propos d'Emmanuel Macron excluant de "mettre le pays à l'arrêt" via un reconfinement global, "le confinement peut être envisagé de manière très ciblée".

"Non, les hôpitaux n'ont pas refusé de personnes âgées"

Mais dans cette gestion ciblée, une question reste en suspens : alors que l’épidémie de Covid-19 ne cesse de donner des signes de reprise, faut-il refermer de manière plus stricte les portes des Ehpad ? La ministre le rappelle, le virus ne s'arrête pas aux portes des Ehpad où, selon elle, "un nouveau confinement, maintenant, ne serait plus toléré : ni par les résidents ni par les familles ni même par le personnel ayant mal vécu les situations parfois"

Des familles que la ministre appelle par conséquent à la vigilance : "Nous faisons en sorte de passer les consignes. Il faut dépister, j'en appelle à la responsabilité des familles, des résidents notamment, qui doivent admettre qu'un dépistage, lorsque l'on revient de vacances et que l’on veut rendre visite à sa famille, c'est quelque chose de normal". 

Lire aussi

À la question des Ehpad, s'ajoute celle d’un présumé "tri" des patients à l’entrée des hôpitaux et des services de réanimation ayant alimenté la polémique en juillet dernier devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur la gestion de la crise sanitaire : "Ça a été monté en épingle", rétorque Brigitte Bourguignon. "Non, les hôpitaux n'ont pas refusé de personnes âgées. Personne ne m'a dénoncé de type de comportement."

Enfin, autre sujet abordé au gré de l'entretien, la prime Covid. Les structures d’aide à la personne ont jusqu’à décembre pour verser à leurs employées cette prime financée par les départements. La somme varie en fonction du nombre d’heures travaillées, des services effectués... "Mais aussi du volontarisme local des départements", confirme la ministre, assurant faire en sorte "qu'elle soit versée pour la fin d'année".


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info