Covid-19 : le défi de la vaccination

Une personne vaccinée contre le Covid-19 pourra tout de même être contagieuse, rappelle le Pr Yves Buisson

CQ
Publié le 23 décembre 2020 à 17h03
JT Perso

Source : TF1 Info

IMMUNITÉ - À quelques jours du lancement de la vaccination en France, le Pr Yves Buisson rappelle que le vaccin empêchera d'être malade mais pas de contaminer les autres.

La campagne de vaccination va débuter ce dimanche en France et sera injecté d'abord à "quelques dizaines de résidents" de deux Ehpad, l'un situé à Sevran en banlieue parisienne, l'autre en Bourgogne-Franche-Comté. Avant ce lancement crucial, le Pr Yves Buisson a tenu à rappeler ce mercredi 22 décembre que les vaccins validés pour l'instant par les autorités - sans préciser lesquels - n'avaient pas de fonction stérilisante. "Ce qui est certain c’est que ce vaccin n’empêchera pas la contamination d’une personne", a souligné l'épidémiologiste et membre de l'Académie de médecine, sur LCI. Ainsi, "la personne vaccinée peut être contaminée et la personne contaminée peut véhiculer le virus pendant un certain temps sans être malade, puisque ses anticorps empêcheront le passage à la phase maladie". 

En fait, il existe deux types de vaccins : les vaccins stérilisants et puis les autres. Les premiers ont deux vertus puisqu'ils empêchent à la fois la formation de la maladie chez l'individu et sa transmission autour de lui. Les seconds, en revanche, bloquent seulement la formation de la maladie. Le Pr Buisson a tout de même précisé que les personnes vaccinées auront probablement une charge virale assez faible et seront "sans doute peu contagieuses", à l'inverse des "grands contaminateurs (...) qui ont une charge virale importante". Avant de reprendre, invitant à la prudence ceux qui voient en ce vaccin le remède miracle contre le virus : "On ne peut pas dire qu’elles ne le seront pas (contagieuses, ndlr) et tabler sur le fait que les personnes contaminées seront absolument saines et sans risque pour les autres, c’est aller trop loin".

Dans un avis datant de cet été, le Conseil scientifique s'était penché sur la meilleure stratégie de vaccination à adopter lorsque le moment serait venu. Il avait alors estimé qu'"une immunité de groupe pourrait être obtenue par la protection de 43-49 % de la population", à condition que ledit vaccin soit stérilisant. 


CQ

Tout
TF1 Info