Covid-19 : la propagation fulgurante du variant Omicron

Football anglais : le variant Omicron perturbe déjà le "boxing day"

FS (avec AFP)
Publié le 23 décembre 2021 à 17h19, mis à jour le 24 décembre 2021 à 16h28
JT Perso

Source : JT 20h WE

PREMIER LEAGUE- Événement phare de la saison de football en Angleterre, le "boxing day" s'annonce compliqué. Trois rencontres prévues ce jour-là ont déjà été reportées à la suite de la contamination de plusieurs joueurs. Les matchs en retard s'accumulent et compliquent la suite de la saison.

"Le titre ne se gagne pas au boxing day", avait coutume de dire Alex Ferguson, le mythique manager de Manchester United, "mais il peut se perdre". Le lendemain de Noël, jour férié en Angleterre, est le climax de la Premier League. Une période où les matches s'enchaînent alors que la plupart des autres championnats européens sont en trêve. Mais cette année, l'accumulation de cas positifs au Covid-19 a déjà entraîné l'annulation de trois rencontres du "boxing day", alors que les niveaux de contamination battent record sur record. Au total, de nombreux matches seront à rejouer pendant la seconde partie du championnat, alourdissant un calendrier déjà saturé.

"Nous n'aurons pas assez de joueurs de l'équipe première reconnus pour répondre aux exigences de la Premier League pour le match". Avec cinq joueurs positifs au Covid-19, et plusieurs autres déjà blessés, le club de Leeds reconnaît qu'il ne peut aligner les treize joueurs de champ et le gardien de but requis pour disputer une rencontre. L'équipe entraînée par Marcelo Bielsa ne pourra donc pas affronter Liverpool dans l'antre mythique d'Anfield Road, prévue au "boxing day", le 26 décembre. De leur côté, les équipes de Watford et d'Everton sont également contraintes d'annuler leurs déplacements le même jour, respectivement à Wolverhampton et à Burnley.  

Des matchs à profusion et des supporters disponibles

C'est le problème qui menace l'ensemble du championnat pour la suite de la saison : au total, 12 reports de rencontres se sont déjà accumulés à cause des intempéries et des cas positifs détectés, ce qui promet une deuxième partie de saison saturée de matchs. Les clubs ont cependant refusé d'interrompre temporairement la saison, lors d'une réunion la semaine dernière. Cette période de l'année est cruciale tant sur le plan sportif qu'économique, puisque trois journées de championnat se succèdent entre le 26 décembre et le 3 janvier, générant un important afflux de supporters (qui, eux, sont en vacances), dans les stades ou devant leurs téléviseurs.

Alléger le calendrier

Pour essayer d'alléger un peu leur agenda, les entraîneurs de Liverpool et de Tottenham ont proposé de réduire les demi-finales de Coupe de la Ligue à un match couperet, au lieu de l'aller-retour prévu début janvier. Les Spurs ont notamment trois matches de championnat en retard, qu'il faudra caser dans la deuxième partie de saison. Les grands clubs, qui jouent sur plusieurs tableaux, redoutent particulièrement cette accumulation et la fatigue qui en découle pour les joueurs. "Je pense que ce serait mieux de disputer un seul match", a appuyé l'entraîneur de Liverpool, Jürgen Klopp, un brin fataliste, "mais ce que je dis n'est pas trop important".

84% des joueurs de Premier League auraient déjà reçu au moins une dose, un taux qui s'élève à 92% en agrégeant le personnel des clubs. Aucune restriction n'a pas été mise en place pour réduire la capacité d'accueil du public dans les stades anglais, mais les supporters doivent fournir une preuve de vaccination ou montrer un test négatif effectué dans les 48 heures précédentes. Si le gouvernement britannique s'est pour l'heure refusé à de nouvelles mesures, le "raz de marée" du variant Omicron en train de déferler sur le Royaume-Uni pourrait changer la donne.


FS (avec AFP)

Tout
TF1 Info