Covid-19 : le défi de la vaccination

Le vaccin universel, un espoir crédible contre le Covid-19 en 2021 ?

Idèr Nabili
Publié le 20 février 2021 à 7h55, mis à jour le 20 février 2021 à 8h01
Le vaccin universel, un espoir crédible contre le Covid-19 en 2021 ?

Source : ALAIN JOCARD / AFP

RECHERCHE - Alors que la menace des variants se fait de plus en plus présente, et que certains vaccins seraient moins efficaces contre ces nouvelles souches, la sortie de crise se situe-t-elle dans la recherche d'un vaccin universel ? Certains scientifiques y croient.

Il est décrit comme la solution à la crise sanitaire. Le vaccin, administré en France depuis le 27 décembre, apparaît aujourd'hui comme la clé pour que le monde sorte de cette pandémie, qui a déjà causé la mort de plus de 2,4 millions de personnes sur la planète. Mais ces dernières semaines, les variants inquiètent les scientifiques. S'ils sont potentiellement plus contagieux, ils pourraient aussi être plus résistants face aux vaccins.

Pour contrer ce problème, un sérum efficace face à tous les variants pourrait-il voir le jour ? Le Pr Gilbert Deray y croit. "Au niveau mondial, nous sommes déjà en train de réfléchir à une sorte de vaccin universel qui toucherait tous les variants et que l'on pourrait donner à tout le monde", expliquait ce vendredi sur LCI le chef du service de néphrologie à la Pitié-Salpêtrière à Paris. "Je suis de plus en plus optimiste, la science est extraordinaire", a-t-il fait valoir, espérant une arrivée d'un tel vaccin "fin 2021".

Le Pr. Gilbert Deray sur un vaccin universel : "Je suis de plus en plus optimiste, la science est extraordinaire"Source : TF1 Info
JT Perso

Un vaccin qui ciblerait les zones du virus "qui ne mutent pas"

Pour Morgane Bomsel, chercheuse du CNRS à l'Institut Cochin, qui a notamment travaillé sur le développement d'un vaccin universel contre le VIH, cette hypothèse est envisageable. "La protéine Spike, la protéine d'enveloppe qui est à la surface du virus, contient des régions spécifiques au Sars-Cov-2 qui peuvent muter", mais aussi "des régions communes avec le Sars-Cov-1 ou le Mers" qui "jusqu'à preuve du contraire, ne mutent pas", explique-t-elle à LCI. "C'est ce que nous appelons des régions conservées. 90% des parties du Spike restent constantes parce qu'elles sont nécessaires au bon fonctionnement du virus."

Lire aussi

Ainsi, les chercheurs travaillent à la création d'un vaccin qui ciblerait les parties non mutantes du virus. "Les idées sont bonnes, mais il faut maintenant que cela fonctionne", poursuit Morgane Bomsel. "Jusqu'à présent, il y a peu de pathologies qui se sont prêtées à" un vaccin universel, admet la chercheuse. "Nous avons développé un vaccin universel contre le VIH que nous avons mené jusqu'en phase 1 avec succès en 2013, mais nous n'avons pas pu aller plus loin, faute d'argent. Et pour le virus de la grippe, qui mute beaucoup, nous essayons de développer des choses identiques, mais nous n'y arrivons pas, donc ce n'est pas si évident."

La société Phylex Biosciences, basée aux États-Unis, fait partie des entreprises travaillant à l'élaboration d'un vaccin universel. Son sérum contient notamment un antigène "plus puissant par rapport aux vaccins actuels, mais surtout polyvalent", explique sur Europe 1 son PDG, Pascal Brandys. Selon lui, son candidat-vaccin pourrait être "efficace contre un très grand nombre de variants" et disponible "vers la fin de l'année", même si aucune autorisation d'essai clinique n'a encore été accordée.


Idèr Nabili

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info