L'info passée au crible

Covid-19 : les groupes sanguins ont-ils une influence sur le risque de contamination ?

Cédric Stanghellini
Publié le 28 mars 2020 à 19h55, mis à jour le 29 mars 2020 à 9h58
JT Perso

Source : TF1 Info

À LA LOUPE – La vulnérabilité des personnes atteintes par le coronavirus Covid-19 varie-t-elle en fonction du groupe sanguin ? C'est ce que tendrait à croire une première étude sur le sujet. Mais les chercheurs appellent à la prudence.

Ne serions-nous pas tous égaux face à l'épidémie ? D'après les premières observations, les médecins ont déjà établi une corrélation entre l'obésité ou le diabète et le déclenchement des formes sévère de la maladie du coronavirus Covid-19. Une différence sur le taux de mortalité a également été remarquée selon que l'on soit un homme ou une femme. 

Cette inégalité face au virus pourrait également s'observer en fonction du groupe sanguin. Les individus atteints de groupe O+ seraient moins nombreux par rapport aux autres groupes. A contrario, les personnes appartenant au groupe A seraient les plus exposées. Explications. 

Les personnes de groupe A seraient plus sensible au Covid-19

Cette constatation provient de l'étude chinoise Relation entre le groupe sanguin et la sensibilité au Covid-19, réalisée en collaboration par plusieurs professeurs. Les chercheurs ont comparé "la distribution des groupes sanguins" de 2.173 patients atteints par le virus - y compris de personnes décédées - avec celle de 3.694 individus non-malades. L'expérience s'est déroulée au sein de trois hôpitaux de Wuhan et Shenzhen. 

Bilan de cette observation : alors que la population non-malade se compose de 32% de groupe A et 34% de groupe O, ces pourcentages sont de 38% pour le groupe A et de 26% pour le groupe O chez les personnes atteintes par le Covid-19. Une différence notoire donc. D'après les chercheurs chinois, "les résultats ont montré que le groupe sanguin A était associé à un risque plus élevé d'acquérir Covid-19 par rapport aux groupes sanguins non-A, tandis que le groupe sanguin O était associé à un risque d'infection plus faible par rapport aux groupes sanguins non-O." 

Cette même différence est également observée pour les 206 personnes décédées de l'étude : 41% étaient du groupe A contre 25% du groupe O. 

Des résultats à prendre avec précaution

Les chercheurs chinois le précisent eux-mêmes : "Il convient de souligner qu'il s'agit d'une première étude avec des limites. Il serait prématuré d'utiliser cette étude pour guider la pratique clinique en ce moment." 

En plus du nombre de patients étudiants considéré comme trop restreint, les chercheurs rappellent qu'ils n'avaient aucune information concernant les maladies chroniques dont pouvaient souffrir l'échantillon étudié, comme le diabète ou les maladies vasculaire.

Enfin en 2005, une étude sur l'épidémie de Sras-Cov-I indiquait que les personnes du groupe O étaient également moins touchées par le développement de la maladie. 

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr


Cédric Stanghellini

Tout
TF1 Info