La France face à une 3e vague d'ampleur

Hausse des cas de Covid-19 en Bretagne : les touristes n'y sont pour rien

La rédaction de LCI
Publié le 17 juillet 2020 à 18h03, mis à jour le 18 juillet 2020 à 16h46
JT Perso

Source : JT 13h WE

VIRUS – La situation sanitaire en Bretagne est observée de près depuis que la région affiche un taux de reproduction de 2,62 et rapporte 123 nouveaux cas positifs au Covid-19 en 48h. Mais les touristes n’en sont pas responsables.

En Bretagne, 123 nouveaux cas positifs au Covid-19 ont été enregistrés ces deux derniers jours, selon l’Agence régionale de santé. Une hausse des contaminations qui se poursuit dans la région après la détection de 110 cas en cinq jours, entre le 10 et le 15 juillet, et qui intervient au moment des grands départs en vacances. 

"L’augmentation du nombre de cas positifs n’est pas une surprise. La Bretagne est un lieu de villégiature donc avec l’augmentation de la population depuis le début du mois de juillet, on s’attendait à avoir plus de cas", a avancé Cédric Arvieux, infectiologue au CHU de Rennes, sur LCI. "On est dans la même situation que la Nouvelle Aquitaine ou que Paca sur ce type de questions-là." 

Pas de cas importés à la différence de Paris

Alors, les touristes sont-ils responsables ? Pas forcément, à en croire le dernier bilan de l’ARS Bretagne. Parmi les 123 nouveaux malades, seuls 14 ne résident pas dans la région. Et c’est le même constat pour les 110 cas positifs précédents, où 15 d'entre eux seulement étaient de passage en Bretagne. Ainsi, le virus ne circule pas davantage dans la région en raison des déplacements occasionnés par les vacances, à la différence de l’Ile de France où certains hôpitaux traitent d’un certain nombre de cas importés. A France Inter, un infectiologue d’un établissement parisien dit assister à "des retours de l’étranger", notamment d’Algérie, du Mali ou du Sénégal.

Pour l’ARS Bretagne, cette reprise de la circulation du virus, en particulier dans le Finistère, a plusieurs causes : arrivée des vacanciers mais aussi regroupements familiaux, conjugués à une baisse de la vigilance et des gestes barrières. 

Et tandis que le taux de reproduction, le R effectif correspondant au nombre de personnes qu’un malade contamine dans son entourage, est évalué à 2,62 dans la région depuis le 14 juillet, les autorités restent vigilantes. 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info