Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : 10 millions de primo-vaccinés, quel impact sur l'épidémie ?

Idèr Nabili
Publié le 8 avril 2021 à 15h26, mis à jour le 9 avril 2021 à 0h21
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

VACCINATION - La France a franchi ce jeudi la barre des 10 millions de vaccinés avec au moins une dose contre le Covid-19, soit près de 15% de sa population. Un impact sur l'épidémie est-il déjà possible ?

Un premier objectif atteint. Depuis le centre de vaccination de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), le Premier ministre Jean Castex a annoncé ce jeudi que la France avait dépassé la barre des 10 millions de personnes ayant reçu leur première dose de vaccin contre le Covid-19 dans le pays. Soit l'objectif que visait le gouvernement pour mi-avril. Avec une semaine d'avance sur les prévisions, l'accélération de la campagne doit encore se poursuivre dans les prochaines semaines.

Les livraisons attendues au cours de deux prochains mois doivent désormais permettre au gouvernement d'atteindre ses objectifs suivants : 20 millions de primo-vaccinés mi-mai, 30 millions mi-juin, alors que les personnes de plus de 60 ans seront éligibles à compter de la fin de semaine prochaine. Selon le ministère de l'Économie, 12 millions de doses seront livrées à la France en avril, et 15 en juin. Un chiffre nécessaire pour faire reculer l’épidémie, même si l’impact de la vaccination sur la courbe des contaminations reste encore peu visible.

Pas d'effet à court terme sur la dynamique de l'épidémie

"C'est une étape importante, mais avec 10 millions de vaccinés, nous restons encore très loin d’avoir une couverture vaccinale qui empêcherait la circulation du virus", explique à LCI Vincent Maréchal, professeur de virologie. Car la stabilisation actuelle des indicateurs n'est pas due à la vaccination. "Nous savions que nous ne sortirions pas de ce pic par la vaccination", indique sur LCI le Pr Frédéric Lapostolle, professeur de médecine d'urgence à l'hôpital Avicenne (Bobigny). En revanche, "nous sortirons de l'épidémie grâce au vaccin".

Toutefois, de premiers effets de l’immunité vaccinale semblent être visibles, notamment dans les tranches d'âge les plus vaccinées. Selon les données du ministère de la Santé et relayées par CovidTracker, plus de 75% des personnes âgées d'au moins 75 ans ont reçu une première dose (environ 32% les deux). Si cela n'a pas empêché le nombre de cas d'augmenter dans le courant du mois de mars, le taux d'incidence des plus de 80 ans est resté bien plus bas que les autres tranches d'âge, en augmentant moins vite.

"10 millions, c'est symbolique, il reste encore du chemin"

Cependant, cela reste encore très insuffisant pour contenir l’épidémie. L'Institut Pasteur estime par exemple que si la vaccination ne reste autorisée qu'à partir de 18 ans, et si le virus reste aussi contagieux que l'actuel variant britannique, il faudrait alors que 90% de la population adulte soit vaccinée pour relâcher complètement les mesures barrières à l'automne.

"Cela montre que 10 millions de vaccinés, c'est bien, c'est symbolique, mais qu'il reste encore du chemin", analyse Vincent Maréchal. "Nous restons très loin de l'immunité collective. L'enjeu des mois qui viennent est de convaincre ceux qui résistent à la vaccination, ne la veulent pas. Car si la couverture vaccinale est insuffisante, le virus continuera de circuler chez ceux qui ne se font pas vacciner, avec le risque de voir émerger des variants."


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info