Covid-19 : la vie avec le virus

Covid-19 : 3 millions d'hospitalisations en moins entre 2020 et 2021 à cause du virus

M.G avec AFP
Publié le 23 juin 2022 à 18h50
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

La Fédération hospitalière de France (FHF) a affirmé jeudi qu'"environ trois millions de séjours d'hospitalisation n'ont pas pu être réalisés" en 2020 et 2021.
Ces annulations ont été causées par le Covid-19.

D'énormes dommages collatéraux. "Environ trois millions de séjours d'hospitalisation n'ont pas pu être réalisés" en 2020 et 2021 à cause du Covid, a alerté, jeudi 22 juin, la Fédération hospitalière de France (FHF). "Ce chiffre est sans doute sous-estimé", a ajouté le président de l'instance, Frédéric Valletoux, en qualifiant ces déprogrammations, "inédites dans l'histoire récente", d'"angle mort de la crise Covid".

Pour prendre en charge des milliers de patients supplémentaires, en raison de la pandémie, les hôpitaux ont dû "reporter" ou "déprogrammer" des opérations et des consultations. Ainsi, sur les deux dernières années, les hôpitaux ont pris en charge 1,3 million de séjours en chirurgie et 1,8 million en médecine de moins par rapport à l'activité de 2019, selon les chiffres de la FHF. "Quelques centaines de milliers de séjours supplémentaires" manquent probablement à l'appel, ajoute l'organisation. 

Un retard difficile à rattraper

Pour ne rien arranger, les perspectives sont très incertaines dans un hôpital public qui connaît de graves difficultés. La crise sanitaire reste "toujours présente à bas bruit sur le territoire" et les effectifs sont toujours en tension, indique la fédération. "La quasi-totalité des établissements connaissent des difficultés de recrutement" d'infirmiers et d'aide-soignants "de manière permanente ou ponctuelle", note-t-elle encore dans une enquête. "Nous n'arrivons pas à rattraper ce retard", s'est inquiétée la déléguée générale Zaynab Riet.

Lire aussi

Dans le détail, en 2022, l'activité reste toujours inférieure à celle d'avant crise, de l'ordre de 4% dans les spécialités de médecine, chirurgie et obstétrique. La tendance est encore plus marquée en chirurgie avec une baisse de 6% par rapport à 2019, qui touche davantage les hôpitaux publics (-10%) que les cliniques privées (-4%) ou les établissements associatifs (-2%). 


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info