Covid-19 : la propagation fulgurante du variant Omicron

Covid-19 : avec Omicron, 16 fois plus de risques d'être réinfecté qu'avec Delta ?

Léa LUCAS
Publié le 22 janvier 2022 à 19h10
JT Perso

Source : TF1 Info

CONTAGION - D'après une récente étude britannique, le risque de réinfection serait 16 fois plus élevé avec Omicron, majoritaire depuis décembre, qu'avec Delta, majoritaire au printemps dernier.

Une fois avoir été positifs au Covid-19, certains malades pensaient être définitivement débarrassés du virus. Mais, depuis l'arrivée d'Omicron, désormais majoritaire partout en Europe, la donne a changé. Une étude britannique, publiée le 19 janvier 2022, a démontré que le risque de réinfection était 16 fois plus élevé dans la période à dominante Omicron (20 décembre 2021 au 9 janvier 2022 ; dernières données en date étudiées), que dans la période à dominante Delta (17 mai au 19 décembre 2021).

Au cours de la dernière quinzaine de décembre 2021, les personnes précédemment infectées par le coronavirus ont continué d'être moins susceptibles d'être testés positives que celles ne l'ayant jamais été, selon cette étude. Toutefois, en raison de l'apparition du variant Omicron, plus contagieux, cet "effet de protection" lié à une première contamination est désormais plus faible qu'auparavant. 

Cela est valable également pour les personnes vaccinées, partiellement ou non. Si elles sont moins susceptibles d'être réinfectées, la protection s'est en effet affaiblie depuis que le variant Omicron s'est diffusé sur les territoires européens. 

Qui sont les plus susceptibles d'être réinfectés ?

Face à ce risque plus élevé de réinfection, certains sont plus exposés que d'autres. Les personnes non vaccinées, par exemple, sont environ deux fois plus susceptibles d'être réinfectées que les personnes ayant reçu leur deuxième dose il y a 14 à 89 jours.

Mais tout dépend également du vaccin reçu par le patient. Les personnes qui ont reçu une dose de vaccin (tous types confondus), puis une deuxième avec le vaccin Pfizer il y a 15 à 180 jours, ou encore une troisième dose de rappel (tous types confondus), étaient toutes moins susceptibles d'être testées positives une deuxième fois que les autres, vaccinées ou non. 

Pour l'heure, il n'y a encore aucune preuve statistique que le fait d'avoir reçu un autre deuxième vaccin (AstraZeneca ou Moderna, ou bien un second vaccin Pfizer il y a plus de 180 jours) affecte la probabilité qu'être re-testé positif.

Déjà infecté avec Omicron ? Plutôt une bonne nouvelle !

Les personnes qui ont eu une charge virale faible lors de leur première infection positive ont par ailleurs plus de risques d'être réinfectées que celles qui ont eu une charge virale importante. 

Enfin, que ce soit Delta ou à Omicron, certaines catégories de personnes présentent toujours plus de risques d'être réinfectées par le virus, à savoir : les hommes, les jeunes de moins de 40 ans, les foyers nombreux et issus de quartiers défavorisés, les personnes travaillant à l'extérieur de leur domicile, et plus particulièrement dans le secteur de l'hôtellerie.


Léa LUCAS

Tout
TF1 Info