Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : l'optimisme "mesuré" du professeur Jean-François Delfraissy face à la 5e vague

par Léa COUPAU
Publié le 17 novembre 2021 à 21h18
JT Perso

Source : TF1 Info

INTERVIEW - Invité de David Pujadas ce mercredi sur LCI, le président du Conseil scientifique appelle les Français à se faire vacciner alors que le pays fait face à un rebond des cas de Covid-19.

Le président du Conseil scientifique remet le masque. Invité sur le plateau de LCI ce mercredi soir, le professeur Jean-François Delfraissy prévient d'emblée, "la vaccination ne va pas être suffisante" pour éviter cette 5e vague.

Depuis plusieurs semaines, les pays européens font face à une hausse vertigineuse du nombre de cas, venue par l'Est du continent. Pour le virologue, "cette 5e vague est une vraie vague" et elle n'épargnera pas la France, qui connaît ce mercredi 20.000 nouveaux cas de contaminations. Un niveau record qui n'a pas été relevé depuis août dernier.

"Il faut continuer à vacciner"

Comme le Pr. Bruno Lina, invité la veille sur notre chaîne, il met en avant l'un des atouts de la France dans la résurgence de la crise sanitaire : son taux de vaccination. Plus de 76% de Français ont reçu à ce jour deux injections et "ça a beaucoup changé la donne". 

"Il faut continuer à vacciner", insiste-t-il. "Il (le vaccin) fait le job sur la protection contre les formes graves et sévères, et c'est ça qui est important." Même constat pour la 3e dose chez les plus âgés. "Quand on reçoit un rappel, il est efficace 48 heures plus tard. Il y a un boost de l'immunité qui est immédiat."

L'importance des mesures barrières

Une nuance néanmoins : "Le vaccin ne fait pas le job aussi bien qu'on l'aurait imaginé contre la transmission." Aussi, prévient Jean-François Delfraissy, il faut "associer un retour des mesures de précaution, en particulier individuel, de façon beaucoup plus générale pour passer" cette cinquième vague.

Lire aussi

Le président du Conseil scientifique affiche toutefois son optimisme, quoique "mesuré". "On pourrait, avec le vaccin, mais aussi les autres mesures de protection - le masque, se laver les mains, aérer les pièces, utiliser le pass sanitaire -, avoir une vague qui pourrait être prise en compte par le système de soins français, avec un taux de 1200/1400 hospitalisations par jour", soulève-t-il, rappelant que les premières vagues provoquaient "autour de 2500 voire 3000 hospitalisations quotidiennes". Et de souligner "C'est beaucoup, mais c'est tenable."

Pour le professeur en virologie, "cela montre qu'il faut continuer à vacciner". Mais jusqu'à quand ? "On aura très probablement une couverture vaccinale très importante et durable, mais pour quelle durée ? Je ne sais pas."


Léa COUPAU

Tout
TF1 Info