La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

Covid-19 : la traque du virus dans les eaux usées prolongée jusqu'à fin avril

Idèr Nabili
Publié le 19 janvier 2022 à 12h15
JT Perso

Source : JT 20h WE

CRISE SANITAIRE - Selon nos informations, le réseau Obépine, dont le suivi de l'évolution du Covid-19 dans les eaux usées était menacé faute de financements, va continuer ses recherches jusqu'à fin avril après la validation du ministère de la Santé.

La traque du Covid-19 dans les eaux usées va se poursuivre. Du moins, au cours des trois prochains mois. Selon nos informations, le réseau Obépine, qui suit depuis le début de l'épidémie les variations du virus dans les eaux usées, a obtenu un nouveau financement de la part du ministère de la Santé jusqu'à fin avril. Faute de validation du budget, son activité aurait dû s'arrêter au 31 janvier 2022.

Dans la lutte contre la pandémie, elle a pourtant montré tout son intérêt. Si le nombre de tests positifs enregistrés chaque jour dans le pays permet de suivre l'évolution des vagues, cet indicateur reste dépendant de la stratégie de dépistage mise en place, ainsi que de la volonté de la population d'aller se faire tester. L'analyse des eaux usées, elle, demeure indépendante des comportements. "Des dizaines de publications internationales démontrent l'intérêt de cette approche, et nous avons été prédictifs sur la plupart des changements de tendance de l'épidémie", insistait fin décembre auprès de LCI le virologue Vincent Maréchal, co-fondateur du réseau.

"Notre travail a été reconnu, il y a moins de détracteurs"

Une importance cruciale dans la lutte contre la pandémie, à tel point que l'Union européenne souhaite réserver une place de choix à ces dispositifs. Tous les États membres sont invités à développer des réseaux similaires. La France a donc souhaité institutionnaliser ce mécanisme, en créant une structure dédiée, baptisée Sum'Eau, qui doit prendre le relais du réseau Obépine.

Mais celle-ci n'est toujours pas prête, et n'est pas attendue avant l'été prochain. Dès lors, "entre le 31 janvier et la reprise par un dispositif d'État, il y aura un trou", craignait Vincent Maréchal. Celui-ci est désormais, en partie, comblé. "Notre travail a été reconnu, il y a de moins en moins de détracteurs des eaux usées. Nous avons appris il y a quelques jours que nous étions reconduits pour trois mois, nous allons faire le travail jusqu'en avril", indique-t-il ce mercredi à LCI. "Le cabinet du ministre la Santé, Olivier Véran, nous a assurés de son soutien, de l'intérêt du dispositif et s'est engagé à ce que le suivi continue à partir de février."

Le virologue aimerait que ces travaux se poursuivent même jusqu'à la mise en place de Sum'Eau. "Nous espérons être prolongés jusqu'à la soudure, nous voyons bien la richesse des analyses des eaux usées", insiste-t-il. Grâce à plus de 150 stations réparties sur tout le territoire, 40% de la population française est couverte par ce dispositif.


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info