L'info passée au crible

Covid-19 : est-il attesté que les moins de 12 ans ne transmettent pas le virus ?

Thomas Deszpot
Publié le 5 novembre 2021 à 17h56
Les plus jeunes sont tout à fait capables de transmettre le virus à autrui.

Les plus jeunes sont tout à fait capables de transmettre le virus à autrui.

Source : Illustration PHILIPPE LOPEZ / AFP

POLÉMIQUE - Les propos de la présidente de la Société Française de Pédiatrie ont déclenché de vives réactions, celle-ci expliquant que les moins de 12 ans ne véhiculent pas le Covid-19. Une position qui va à l'encontre des observations de l'OMS et de multiples spécialistes.

Le port du masque à l'école pour les élèves devient au fil des mois un sujet très sensible. Utile ? Superflu ? Trop contraignant ? Les points de vue divergent et les parents qui souhaitent son abandon ont trouvé ces derniers jours un soutien inattendu en la personne de Christèle Gras-Le-Guen. Présidente de la Société Française de Pédiatrie (SFP), elle a soutenu auprès de Ouest-France que "les moins de 12 ans sont peu affectés par l’infection Covid" et surtout "non contagieux".

Cette interview, parue en milieu de semaine, a laissé perplexes de nombreux internautes. Si une forme de consensus émerge quant à la vulnérabilité moindre affichée par les plus jeunes, il semble aujourd'hui plus que hasardeux de soutenir que les moins de 12 ans ne sont pas contagieux. La survenue de clusters dans des écoles, des études ainsi que des prises de position de l'OMS indiquent le contraire.

Les écoles, des lieux de brassage notables

En juin 2020, l'Institut Pasteur publiait les résultats de travaux ne montrant "pas de transmission importante du virus entre enfants ou vers les enseignants". Des éléments fournis grâce à des données obtenues, au tout début de la crise sanitaire, avant la fermeture des écoles, à une époque ou - rappelons-le - ne circulait pas encore le très contagieux variant Delta, ni même son prédécesseur le variant dit "anglais".  

Depuis, de nouveaux éléments sont apparus et la compréhension de la maladie a progressé. L'Inserm, au printemps, a notamment indiqué que "si l’on s’intéresse à la transmission virale dans les écoles [...] les résultats demeurent contradictoires d’une étude à l’autre". Toutefois, "il semblerait plutôt se dessiner que l’ouverture des établissements scolaires contribue à la diffusion du virus" sachant qu'il est "certain que même avec des règles et un protocole sanitaire strict, il s’agit d’un lieu de brassage où il est difficile de limiter entièrement tous les contacts sociaux".

Notons aussi que lors des derniers mois, divers clusters ont été recensés dans des écoles primaires. Ce fut le cas une avec une classe de CM1 à Lansargues (Hérault), où l'on dénombrait 16 cas début juillet. Difficile d'imaginer que les élèves aient été contaminés uniquement par des adultes, d'autant que d'autres exemples nous sont parvenus, du côté de Chamonix ou bien encore plus récemment en Normandie. Avec, pour ce dernier cas, uniquement des élèves testés positifs, laissant penser que la contamination n'ait pas été entraînée par un ou plusieurs adultes.

De son côté, l'OMS contredit également la position de la présidente de la SFP. Un "document d’information scientifique" mis en ligne fin septembre propose une synthèse des connaissances acquises sur l'impact de l'épidémie pour les enfants et adolescents. Et se montre très clair : "Les enfants et les adolescents peuvent transmettre l’infection à SARS-CoV-2 à d’autres personnes. Des flambées épidémiques de COVID-19 ont été constatées dans des établissements d’enseignement secondaire, des camps de vacances et des garderies, en particulier lorsque aucune mesure de distanciation physique ou de port du masque n’avait été prise pour réduire le risque." Pour autant, il convient de noter que "certaines données montrent que les enfants pourraient être moins infectieux que les adolescents et les adultes, comme l’indiquent les taux d’attaque secondaires".

Si les enfants de moins de 12 ans sont donc tout à fait en mesure de transmettre le virus à autrui, notons que l'ensemble des propos tenus par Christèle Gras-Le-Guen ne sont pas soumis à caution. L'impact moindre d'une infection sur les enfants est en effet aujourd'hui bien documenté, attesté par ailleurs par la très faible proportion de jeunes de moins de 12 ans dans les hôpitaux. Les 0-14 ans représentent ainsi moins de 1% des hospitalisations liées au virus, alors même qu'ils représentent 18% de la population française.

Covid : faut-il vacciner les enfants ?Source : JT 20h Semaine
JT Perso

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sous Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas Deszpot

Tout
TF1 Info