La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Covid-19 : "une vague d'une violence inouïe" menace les hôpitaux, selon Frédéric Valletoux

C.A.
Publié le 23 mars 2021 à 9h27, mis à jour le 23 mars 2021 à 14h19
JT Perso

Source : TF1 Info

EFFET REBOND - Invité de l'interview politique sur LCI, le président de la Fédération hospitalière de France, Frédéric Valletoux, est inquiet. Circonspect face au confinement choisi par le gouvernement, il craint une déferlante de patients Covid-19 dans les hôpitaux d'ici quelques semaines.

Le nombre de nouveaux cas ne cesse de croître dans le pays. Invité sur LCI, le président de la Fédération hospitalière de France, Frédéric Valletoux, ne cache pas son inquiétude. Selon lui, le personnel hospitalier s'apprête à vivre l'une des périodes les plus difficiles qu'il ait pu connaître ces derniers mois. En cause, "un confinement qui n'en est pas un".

"Les chiffres explosent. Ils augmentent à une vitesse vertigineuse. On atteint le taux d’occupation des lits de réanimation qu'on avait au pic de l’automne, mais à ce moment-là ça faisait plus de 15 jours que des mesures de freinage très fortes avaient été prises. Là on est à ce niveau là avec un confinement qui n'en est pas un", regrette-t-il. "Un confinement, c'est quand est chez soi et quand on sort, c'est l'exception", note-t-il, faisant remarquer que c'est actuellement tout l'inverse qui se produit.

Pour le président de la Fédération, également maire de Fontainebleau (77), "des mesures fortes n'ont pas été prises et avec le décalage, les hôpitaux risquent de se prendre d'ici 15 jours, trois semaines, une vague d'une violence inouïe". "Ça va être encore plus difficile qu’au printemps parce qu'on voit bien les transferts de patients se font moins, les hospitaliers savent aussi qu'ils n’auront pas de renforts parce que tous les hôpitaux de France sont occupés", appréhende-t-il. Alors qu'habituellement, 4.000 personnes occupent des lits de réanimation en France, 4.500 patients Covid les occupent actuellement, indique Frédéric Valletoux. "On est au bord de la rupture." 

En Île-de-France, l'une des régions les plus fortement touchée, plus de 1.300 patients Covid sont actuellement pris en charge dans les services de réanimation, soit 176 de plus qu'il y a une semaine. 40% des interventions prévues dans d’autres domaines ont déjà été déprogrammées.

Ça va être encore plus difficile qu’au printemps.

Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France

Le "bouton Stop", l'ultime recours en cas d'absence d'amélioration

L'élu de Fontainebleau appelle le gouvernement "à garder le doigt sur le bouton Stop". "Et si dans quelques jours on s'aperçoit que les chiffres ne s'inversent pas, il faudra appuyer sur le bouton Stop, c’est-à-dire sur le reconfinement réel", du moins pour certaines régions, affirme-t-il.

Il enjoint également à accélérer massivement la vaccination sur tout le territoire en permettant aux professionnels de santé "tous statuts" de vacciner. "Ce que je vois chez moi, c'est que c'est toujours un peu les mêmes infirmiers et médecins qui sont sur le front et ils commencent à s'épuiser. Il faut vraiment que tous ceux qui peuvent vacciner s'y mettent", demande-t-il.

Découvrez la version podcast de "L'interview Politique"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

 Chaque matin Jean-Michel Apathie reçoit des invités  politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité. 


C.A.

Tout
TF1 Info