La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

Covid-19 : le pic de la cinquième vague est-il enfin atteint ?

Idèr Nabili
Publié le 17 janvier 2022 à 17h24
JT Perso

Source : TF1 Info

CRISE SANITAIRE - Après des semaines de hausse à la suite de l'apparition du variant Omicron, le nombre de nouveaux cas semble marquer le pas en France. Le pic est-il enfin atteint ?

Les beaux jours vont-ils faire leur retour en France ? Depuis le mois de décembre et l'arrivée du variant Omicron, hautement contagieux, les nouvelles contaminations ont bondi à des niveaux inédits. Régulièrement, la France a enregistré plus de 300.000 tests positifs en 24 heures. Mais ces derniers jours, l'optimisme semble de retour : le nombre de malades admis en soins critiques n'augmente plus, et les contaminations marquent le pas.

Dimanche 16 janvier, pour la première fois depuis plusieurs semaines, les nouveaux cas diagnostiqués ont même été moins nombreux que ceux enregistrés le dimanche précédent. Au total, 294.452 contaminations sont recensées chaque jour dans le pays, en moyenne, contre plus de 310.000 une semaine auparavant. À l'aube de l'entrée en vigueur du pass vaccinal, la France a-t-elle atteint le pic de la cinquième vague ?

Le nombre de cas se stabilise, des régions déjà concernées par la baisse

Pour le Pr Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique, les signaux sont au vert. "Le scénario du pire s'éloigne, la décrue a commencé", notait-il ce lundi matin au micro de France Inter. "Nous avions sur nos projections des éléments pour dire qu'en diminuant de 20% nos contacts, nous divisions par deux le nombre d'hospitalisations, c'est vraisemblablement ce qu'il s'est passé."

Au niveau des contaminations, la courbe reste toutefois différente. Sur le plan national, le nombre de cas augmente toujours, mais beaucoup moins rapidement que lors des dernières semaines. Selon les données de Santé publique France, regroupées par CovidTracker, le taux d'incidence se situe à 2923 cas pour 100.000 habitants au 13 janvier, contre 2473 une semaine plus tôt. Mais ces derniers jours, il tend à se stabiliser.

"La France n'a pas encore atteint le pic épidémique", tempère auprès de LCI le Pr Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale de Genève (Suisse). Lui estime que le taux de reproduction du virus (le nombre de personnes que contamine en moyenne un malade) est fixé à 1,18 en France. Pour rappel, il doit être inférieur à 1 pour que l'épidémie suive une tendance à la baisse. Toutefois, l'optimisme est de rigueur. "Le pic est atteint dans deux régions : l'Île-de-France et la Corse", poursuit le Pr Flahault. Et dans tous les autres territoires de métropole, la hausse du nombre de cas semble peu à peu fléchir.

Pour l'épidémiologiste Jonathan Roux, il faut encore patienter avant de crier victoire. "Ce que nous voyons en ce moment est peut-être un effet d'une forte utilisation des autotests", estime-t-il sur LCI (voir vidéo en tête de cet article). "Après un autotest, on n'est pas obligé de réaliser un test PCR ou antigénique, même si c'est fortement conseillé." Cela pourrait expliquer, selon lui, la fin de la hausse des contaminations enregistrées et l'amorce du pic. "Attendons encore un peu avant de confirmer que nous avons atteint le pic."


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info