Covid-19 : la vie avec le virus

Covid-19 : Santé publique France lance une vaste étude sur la santé mentale des enfants

Samuel AZEMARD
Publié le 2 mai 2022 à 15h12, mis à jour le 2 mai 2022 à 15h24
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Santé publique France lance ce lundi une étude nationale.
L'objectif, analyser le niveau d'anxiété post-Covid-19 chez les enfants de 3 à 11 ans.
Jusqu'à présent, des études similaires avaient été réalisées, mais uniquement sur les adolescents et adultes.

Pour la première fois dans l'Hexagone, Santé publique France mène une étude, baptisée Enabee, sur la santé mentale des enfants. Dès aujourd'hui, l'agence nationale va suivre plus de 30.000 enfants, âgés de 3 à 11 ans. Les participants de cette enquête ont été tirés au sort. L'objectif est clair, comprendre les conséquences de la crise sanitaire liée à la Covid-19 sur la santé mentale des enfants. 

Cette étude s'insère un dispositif plus global de surveillance. Elle fait suite à l'enquête Conféado sur le bien-être des adolescents. "Nous voulons donner la parole aux enfants", explique, dans les colonnes du Parisien, Stéphanie Monnier-Besnard, en charge de cette étude. Elle évoque le principe de l'enquête : "dès le mois de mai, des enquêteurs vont se rendre dans 300 écoles à travers tout le pays. Il y aura des écoles rurales, urbaines, privées, publiques, des établissements d'éducation prioritaire" développe-t-elle. 

Quel déroulement pour l'étude ?

Santé publique France avait déjà constaté un plus grand nombre de recours auprès des services d’urgences pour des troubles psychologiques chez les enfants pendant la crise sanitaire. Les 30.000 enfants sélectionnés, du CP au CM2 devront répondre à un questionnaire adapté à leur âge. Pour les enfants en maternelle, seuls les parents et les enseignants seront interrogés. 

Les chercheurs veulent également questionner les adultes ayant un lien avec ces enfants, pour mieux comprendre leur environnement. Tous les résultats seront anonymisés et dévoilés en fin d'année. 

Lire aussi

Stéphanie Monnier-Besnard est confiante. Les données récupérées lors de cette enquête permettront la mise en place d'actions concrètes, pour un meilleur accompagnement des enfants. "C'est un point de départ pour déclencher des actions de politiques publiques. Car, sans données objectives, il est difficile de faire des préconisations aux décideurs" explique-t-elle. Suite à ce premier volet de l'enquête, Santé publique France évoque sur son site internet que "de nouvelles éditions à 2 ou 3 ans d’intervalle afin de suivre l’évolution en post crise sur l’ensemble des classes d’âge considérées" seront lancées.


Samuel AZEMARD

Tout
TF1 Info