Variant Delta : la France face à une quatrième vague

L’Ordre des médecins s’inquiète de l’extension du pass sanitaire à l’hôpital

La rédaction de LCI
Publié le 2 août 2021 à 17h46, mis à jour le 2 août 2021 à 18h21
L’Ordre des médecins s’inquiète de l’extension du pass sanitaire à l’hôpital

Source : BERTRAND GUAY / AFP

HÔPITAUX - "La mise en place du pass sanitaire ne doit pas limiter l’accès aux soins", alerte l’Ordre des médecins, alors que le sésame doit entrer en vigueur dans de nouveaux lieux, dont les établissements de santé, dès le 9 août prochain.

Tandis que le pass sanitaire doit entrer en vigueur d’ici une semaine dans les restaurants, les TGV ou encore les établissements de santé, l’Ordre des médecins exprime ce lundi 2 août des inquiétudes concernant "la question essentielle de l’accès aux soins". Ainsi, la présentation obligatoire d’un pass sanitaire à l’entrée des Ehpad et des hôpitaux "ne doit pas priver des patients de soins, alors même que les conséquences délétères de la crise sanitaire en termes d’accès aux soins et de suivi des malades, et notamment des malades atteints de pathologies chroniques, sont largement documentées", alerte le conseil national dans un communiqué.

L’Ordre des médecins souhaite également rappeler que "la mission de service public assumée par tous les soignants est de garantir l’accès aux soins pour tous". Sa position rejoint ainsi celle de syndicats et d'associations du secteur de la santé. Comme la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP), qui a insisté ce lundi sur "l’importance de maintenir la présence des proches auprès des patients en fin de vie". Avant elle, le Syndicat National des Médecins Hospitaliers (SNMH FO) invitait jeudi à refuser "ces obstacles supplémentaires à la prise en charge des patients".

Votée par le Parlement et devant maintenant passer sous le contrôle du juge constitutionnel, la loi prévoit que l’accès aux établissements de santé sera conditionné, pour les visiteurs et les patients ayant des soins déjà programmés, à la présentation d’un pass sanitaire. Le service des urgences sera encore ouvert à tous ceux dans le besoin, qu’ils disposent ou non d’un pass.

Lire aussi

Défendant la mesure, le ministre de la Santé avait expliqué à l’Assemblée nationale vouloir faire des établissements de santé, hôpitaux comme Ehpad, "des sanctuaires éloignés du Covid". Pour rappel, le pass sanitaire doit comprendre la preuve d’une vaccination, d’un dépistage négatif ou bien d’une contamination de moins de trois mois pour être considéré comme valide. 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info