Covid-19 : la propagation fulgurante du variant Omicron

Covid-19 : le relâchement des mesures sanitaires provoquera un pic limité, selon l'Institut Pasteur

Aurélie Loek
Publié le 10 mars 2022 à 18h06
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

À partir du 14 mars, une partie des mesures de contrôle sanitaires va être levée.
Selon les modalisations de l'Institut Pasteur, cela provoquera une hausse des cas quotidiens en mars.
Le pic sera cependant inférieur à celui du mois de janvier.

C'est un scénario plutôt optimiste que l'Institut Pasteur dessine jusqu'en avril. Anticipant la levée de mesures sanitaires, comme le port du masque dans la plupart des lieux publics et la fin du pass vaccinal à partir du 14 mars, le centre de recherche a examiné son impact sur la propagation des cas en France. Or, que les projections se basent sur un potentiel taux de transmission de 40% ou de 130%, selon les scénarios, le pic des cas reste toujours très inférieur à celui de janvier. 

Le prochain pic ne devrait pas dépasser les 100.000 cas quotidiens

En effet, en janvier, le nombre de cas quotidiens en France avait très rapidement atteint des niveaux sans précédent depuis le début de la crise sanitaire, en mars 2020. Le pic avait été atteint mi-janvier, dépassant alors les 325.000 cas quotidiens, selon les données de l'Institut Pasteur. Cette situation avait été provoquée par la circulation du variant Omicron, puis du sous-variant BA.2, réputés extrêmement contagieux.

Au 9 mars, les données de Santé publique France indiquent que ce sous-variant représenterait entre 25 et 40% des cas Omicron à cette date. Dans une précédente analyse, l'institut supposait que le BA.2 ne devait pas conduire à un rebond important de l'épidémie. Ce rapport indiquait qu'un rebond serait cependant effectif si le nouveau variant était combiné avec un relâchement des comportements de la part des Français, augmentant par conséquent le taux de transmission au sein de la population.

Lire aussi

Dans cette nouvelle analyse, l'Institut Pasteur confirme cette projection. Le centre de recherche souligne que le relâchement des mesures devrait bien amener à une nouvelle hausse des cas, tout en signifiant que cette augmentation devrait être limitée, quel que soit le taux de transmission. Ainsi, le pic ne devrait pas dépasser les 100.000 cas quotidiens, même "dans les scénarios où les taux de transmission augmentent de façon très importante". Aujourd'hui, une légère hausse des cas est constatée dans certains départements français. Si le taux d'incidence est en baisse, il reste de plus à un niveau élevé.


Aurélie Loek

Tout
TF1 Info