Rappel obligatoire pour les soignants, vaccination des enfants... les nouvelles annonces d'Olivier Véran

Publié le 18 décembre 2021 à 10h35

Source : TF1 Info

MESURES - Invité sur France Inter ce samedi, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a fait une série d'annonces sur le plan sanitaire au lendemain de celle du Premier ministre.

Face à la reprise épidémique à laquelle la France fait face à ces dernières semaines, le gouvernement s'adapte. Invité ce samedi sur France Inter, le ministre de la Santé Olivier a fait une série d'annonces au lendemain de celle du Premier ministre. Le variant Omicron "est un virus dont on sait qu'il se multiplie jusqu'à 70 fois plus dans les cellules une fois qu'il vous a contaminé. C'est donc un virus qui est beaucoup, beaucoup, beaucoup plus contagieux que le variant Delta", a-t-il averti.

Rappel obligatoire pour les soignants et les pompiers

"Nous allons renforcer l'obligation vaccinale des soignants et des pompiers en intégrant la troisième dose à compter du 30 janvier. Nous ne voulons pas, comme en Écosse, que nous ayons 25 à 30% des soignants qui ne pourraient pas travailler parce qu'ils seraient tous cas contact et donc en quarantaine", a expliqué Olivier Véran sur France Inter, évoquant la présence de "plusieurs clusters hospitaliers du variant Omicron".

La vaccination des enfants dès mercredi "si tout va bien"

Le ministre de la Santé a également fait savoir que la vaccination des 5-11 ans pourrait commencer à partir de mercredi. "Si tout va bien, le 22 après-midi nous démarrons la vaccination des enfants dans des centres adaptés pour les enfants", a-t-il déclaré. Le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) a donné un avis favorable vendredi pour cette tranche d'âge, qui n'est pas concernée par le pass sanitaire ni le futur pass vaccinal.

Des titulaires du brevet de secourisme bientôt habilités à vacciner

Pour renforcer les effectifs des centres de vaccination, Olivier Véran a aussi annoncé le recrutement de militaires, mais aussi de personnes titulaires d'un brevet de secourisme. "C'est plus d'un million de personnes", affirme-t-il. "Ils auront une formation de 2h sur internet et une formation d'une demi-journée en centre pour apprendre à faire une injection intramusculaire. Croyez-moi, ce n'est pas sorcier", a assuré le ministre-médecin, qui indique que ces personnes seront rémunérées environ 150 euros la demi-journée.

Les autotests non remboursés pour la période des fêtes

Enfin, le ministre de la Santé a fait savoir que l'Assurance maladie ne prendra pas en charge les autotests de dépistage du Covid-19 réalisés durant la période des fêtes, comme cela avait été anticipé par le principal syndicat de pharmaciens. "L'autotest coûte 5,20 euros. Les PCR, les tests antigéniques sont gratuits (pour les personnes vaccinées), on en fait près d'un million par jour, tous les coûts ont été pris en charge depuis le début par la solidarité nationale", a-t-il fait valoir.

La Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) avait indiqué vendredi que le gouvernement s'apprêtait à annoncer un remboursement des autotests à hauteur de deux par personne entre le 20 décembre et le 2 janvier. Redoutant "une forte demande", ce syndicat regrettait que les pharmaciens n'aient "pas été prévenus suffisamment tôt" pour augmenter leurs stocks, estimés "entre 800.000 et un million d'autotests".

Se poser la question d'un pass sanitaire pour aller travailler est une question légitime.
Olivier Véran, ministre de la Santé

Interrogé sur la prochaine transformation du pass sanitaire en pass vaccinal annoncée par Jean Castex vendredi soir, Olivier Véran a assuré qu'elle permettrait "d'éviter d'interrompre des activités du quotidien pour les 90% de Français vaccinés". Il s'est également dit convaincu que le dispositif était "plus efficace qu'un système d'amendes". "Se poser la question d'un pass sanitaire pour aller travailler est une question légitime", a-t-il ajouté.

Si le ministre se refuse toujours à passer par l'obligation vaccinale, il réaffirme néanmoins clairement la volonté du gouvernement : "C'est simple, c'est clair, c'est limpide, nous voulons que les Français se fassent vacciner". "Avec des vagues qui se succèdent - Delta et maintenant Omicron - on ne peut pas continuer à considérer que ce choix de ne pas se faire vacciner serait un choix qui n'aurait pas de conséquence", a-t-il estimé. 

Vendredi soir, Jean Castex a annoncé qu'un projet de loi sera présenté "début janvier" pour transformer le pass sanitaire en pass vaccinal. Pour entrer dans les lieux soumis à ce pass, un test négatif ne suffira plus : il faudra forcément avoir été vacciné (ou guéri du Covid) et avoir reçu une dose de rappel. Le Premier ministre a également annoncé que le délai pour la dose de rappel sera ramené à partir du 3 janvier à quatre mois après la précédente au lieu de cinq.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info