RECHERCHE - Dans un avis publié vendredi 14 janvier, les experts de l'Organisation mondiale de la Santé préconisent deux nouveaux traitements contre le Covid-19, le sotrovimab et le baricitinib. Ils ne doivent toutefois pas être administrés à n'importe quels patients.

Trois et deux qui font cinq. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a officiellement recommandé, vendredi 14 janvier, deux nouveaux traitements contre le Covid-19 dans des cas bien précis, pour un total désormais porté à cinq. Dans un avis publié dans la revue médicale The BMJ, les experts de l'agence spécialisée de l'ONU recommandent un traitement par anticorps de synthèse, le sotrovimab, et un médicament habituellement utilisé contre la polyarthrite rhumatoïde, le baricitinib.

Tous deux ne sont pas destinés à n'importe quels patients. Le sotrovimab est préconisé pour ceux qui ont contracté un Covid sans gravité, mais sont à haut risque d'hospitalisation. Son bénéfice pour les non à risque est jugé trop faible. Le baricitinib, lui, est recommandé pour les "patients atteints d'un Covid sévère ou critique", auxquels il doit être administré "en combinaison avec des corticoïdes". Cela "améliore les taux de survie et réduit le besoin d'être placé sous ventilation mécanique".

Un arsenal thérapeutique limité

Les recommandations de traitements anti-Covid sont régulièrement actualisées, sur la base d'essais cliniques menés sur différents types de patients. L'arsenal thérapeutique reste toutefois réduit. Ces derniers mois, l'OMS a rejeté l'usage de plusieurs traitements : l'injection de plasma de patients guéris du Covid, l'ivermectine et l'hydroxychloroquine. L'agence des Nations unies recommandait seulement trois traitements : les anticorps de synthèse vendus sous le nom de Ronapreve, depuis septembre 2021, une classe de médicaments appelés "antagonistes de l'interleukine 6" (le tocilizumab et le sarilumab), depuis juillet 2021, et l'usage systématique de corticoïdes pour les patients sévèrement atteints, depuis septembre 2020.

Le sotrovimab concerne le même type de patients que le Ronapreve. "Leur efficacité contre de nouveaux variants comme Omicron est encore incertaine", nuancent toutefois les experts de l'OMS. De même, le baricitinib "a les mêmes effets" que les antagonistes de l'interleukine 6, et doit être administré aux mêmes patients. "Quand les deux sont disponibles", il faut donc choisir lequel des deux utiliser "en fonction du coût, de la disponibilité et de l'expérience des soignants", préconisent-ils. 

Par ailleurs, le baricitinib appartient à une famille de médicaments nommée "inhibiteurs des Janus kinases" et utilisée contre la polyarthrite rhumatoïde, une maladie auto-immune. Toutefois, le ruxolitinib et le tofacitinib ne doivent pas être utilisés indiquent les experts de l'OMS, en raison du manque de données sur leur efficacité ou leurs effets secondaires. 


La rédaction de TF1info avec AFP

Tout
TF1 Info