L'info passée au crible

Covid-19 : la situation dans les hôpitaux est-elle pire qu'avant la vaccination ?

Felicia Sideris
Publié le 17 janvier 2022 à 6h56
Photo d'illustration

Photo d'illustration

Source : Lionel CHAMOISEAU / AFP

EFFICACITÉ – Une internaute s'est étonnée ce dimanche du nombre de personnes actuellement en réanimation à cause du Covid-19 en France par rapport aux hospitalisations en janvier dernier. Ce serait la preuve, selon elle, de l'inefficacité du vaccin. Mais les deux situations ne peuvent pas être comparées ainsi.

Les chiffres actuels donneraient raison à la sphère anti-vaccin. Selon une internaute opposée à la vaccination, au port du masque et au dépistage, qui appelle ces mesures les "symboles de la tyrannie", les données actuelles démontreraient l'inutilité des vaccins contre le Covid-19. "On commence à voir les vrais chiffres", s'est-elle ainsi réjouie sur les réseaux sociaux ce dimanche 16 janvier, comparant le nombre de personnes actuellement hospitalisées à cause du Covid-19 à celui de janvier 2021. La seule différence entre les deux étant le taux de vaccination dans le pays. "Étonnant non ?", ajoute-t-elle ironiquement.

Deux périodes incomparables

Comme le note cette internaute, il y avait bien 3852 personnes dans les services de réanimation du pays selon les derniers chiffres arrêtés au samedi 15 janvier 2022, contre "seulement" 2730 le 16 janvier 2021, d'après les chiffres des autorités françaises consolidées par le site Covid Tracker

Cependant, comparer l'état des hôpitaux à date égale est trompeur. La situation épidémique actuelle n'est en effet pas équivalente à celle de janvier dernier. La France vient alors de sortir de la deuxième vague, qu'elle avait tenté de juguler par un confinement national. Les fêtes de fin d'année se font sous couvre-feu. Et les contaminations baissent. Il faudra attendre le début du printemps pour voir la courbe des cas remonter, impactée par le variant Alpha, signalé au Royaume-Uni. En janvier 2021, la France est donc dans une période d'accalmie, ce qui explique que les malades quittent les hôpitaux. S'il y avait bien 1,3 fois moins de personnes hospitalisées qu'aujourd'hui, à ce moment-là, on comptait surtout seize fois moins de cas ! 

Pour véritablement comprendre l'impact de la vaccination, il convient plutôt de juxtaposer les situations à vague épidémique égale. Soit en considérant l'occupation des hôpitaux entre deux jours où l'on enregistrait la même incidence. Ce samedi, date choisie par l'internaute, la France enregistrait 2774 nouveaux cas pour 100.000 habitants, d'après les chiffres officiels mis en ligne par l'outil Our World in Data. Une vague inédite. Mais on peut toutefois remonter à début novembre, lors du dernier pic épidémique sans vaccination, pour avoir une situation équivalente. La semaine du 7 novembre, 906 nouveaux cas quotidiens étaient alors dénombrés pour 100.000 habitants. 

Or, en prenant en compte les chiffres des hospitalisations de ces deux semaines à vague égale, l'efficacité du vaccin ne fait plus aucun doute. Si ce 15 janvier, 3852 patients occupaient les lits de services de réanimation en France, c'est bien moins qu'à l'automne 2020, où 4410 patients étaient en réanimation. Le pays comptait donc trois fois moins de cas pour plus d'hospitalisations. 

Un dernier indicateur, visible sur le graphique ci-dessus (cliquer ici si l'image n'apparait pas) permet d'ailleurs d'illustrer simplement ce phénomène. C'est le taux de létalité, qui représente le rapport entre le nombre de décès confirmés et les cas enregistrés. Tandis que le taux de létalité de chaque cas de Covid-19 était évalué à 2,42% le 16 janvier 2020, ce chiffre a considérablement chuté. Il est aujourd'hui évalué à 0,12%. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia Sideris

Tout
TF1 Info