Covid-19 : la propagation fulgurante du variant Omicron

"Omicron se propage à un rythme que nous n'avons jamais vu avec aucun autre variant", affirme l'OMS

La rédaction de LCI (avec AFP)
Publié le 14 décembre 2021 à 19h56, mis à jour le 14 décembre 2021 à 20h05
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

CONTAGION- Omicron se propage plus rapidement que tous les précédents variants du Sars-Cov-2, selon l'Organisation mondiale de la Santé, qui estime qu'il est probablement déjà présent dans la plupart des pays.

"77 pays ont maintenant signalé des cas d'Omicron", a constaté le directeur de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au cours d'une conférence de presse, mais "la réalité est qu'Omicron se trouve probablement dans la plupart des pays, même s'il n'a pas encore été détecté". Tedros Adhanom Ghebreyesus a confirmé l'extrême contagiosité du variant Omicron, et appelle les pays membres à ne pas se reposer uniquement sur la vaccination pour s'en protéger. 

"Omicron se propage à un rythme que nous n'avons jamais vu avec aucun autre variant", a appuyé le patron de l'OMS, qui s'est dit inquiet de la réponse apportée à cette nouvelle alerte. "Nous sommes préoccupés par le fait que les gens considèrent Omicron comme bénin", a-t-il détaillé, car "même si Omicron provoque des maladies moins graves, le nombre de cas pourrait une fois de plus submerger les systèmes de santé qui ne sont pas préparés", selon lui. 

Pour l'OMS, qui ne tranche pas encore sur la dangerosité du nouveau variant, les vaccins ne suffiront pas pour sortir de cette crise, mais une addition de l'ensemble des outils anti-Covid déjà éprouvés : masques, distanciation, aération des intérieurs. "Faites tout cela, faites-le de manière cohérente, faites-le bien", a martelé Ghebreyesus.

Il s'est également inquiété des effets pervers des campagnes de rappel proposées à l'ensemble de la population dans la plupart des pays riches, alors que selon lui, "nous manquons de preuves concernant l'efficacité des rappels contre ce variant", et qui pourraient pousser à une nouvelle accumulation de doses au détriment des pays pauvres. "Je vais être très clair : l'OMS n'est pas contre les doses de rappel. Nous sommes contre l'iniquité" vaccinale, a tranché le Dr Tedros.


La rédaction de LCI (avec AFP)