Covid-19 : le défi de la vaccination

L'utilisation du vaccin AstraZeneca reste limité aux plus de 55 ans en France

Maxence GEVIN avec AFP
Publié le 13 mai 2021 à 11h13
ILLUSTRATION

ILLUSTRATION

Source : LENNART PREISS / AFP

PRÉCAUTION - Dans un avis rendu mercredi soir, la Haute Autorité de Santé a annoncé le maintien de "sa recommandation de restreindre l'utilisation" du vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca "aux personnes âgées de 55 ans et plus".

Non, AstraZeneca ne pourra pas être utilisé pour vacciner les plus jeunes. Saisie par le ministre de la Santé Olivier Véran sur l'opportunité d'élargir l'utilisation de ce vaccin à l'ensemble des adultes, la Haute Autorité de Santé (HAS) a maintenu "sa recommandation de restreindre l'utilisation" du vaccin d'AstraZeneca aux seules "personnes âgées de 55 ans et plus"

Elle renouvelle ses "réserves" quant à l'administration du vaccin d'AstraZeneca "chez les plus jeunes au vu du risque de complication (...) et du bénéfice individuel attendu plus limité". L'instance estime notamment qu'un "point de basculement du rapport bénéfice/risque individuel" se produit "à partir de 50-55 ans". Au-delà de cet âge, "les risques de thromboses atypiques diminuent fortement tandis que les bénéfices associés à la protection vaccinale (hospitalisations, décès évités) commencent à croître de façon significative", précise-t-elle. 

Des risques minimes et une "utilité incontestable"

L'autorité sanitaire française "a réévalué" son avis de la mi-mars "à la lumière de nouvelles données sur la balance bénéfice/risque et des travaux du Comité scientifique temporaire" mis en place par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Elle est finalement arrivée à une conclusion similaire. "L'utilité incontestable du vaccin d'AstraZeneca pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 doit être mise en regard de chaque situation individuelle en prenant en compte le bénéfice à être vacciné et les risques d'effets indésirables, très rares mais graves", se justifie-t-elle. 

Au contraire de certains pays comme la Norvège, le comité a tout de même "réaffirmé" que l'utilisation de ce vaccin "reste indispensable dans le contexte actuel en France pour freiner la dynamique de l'épidémie, limiter le nombre de décès dus à la Covid-19 et prévenir la saturation des services hospitaliers". Statu quo donc. 

Lire aussi

À noter que l'utilisation du vaccin Janssen, basé sur la même technologie à adénovirus et utilisé en France depuis fin avril, n'a, elle, pas été tranchée. Il n'existe pas encore "d'éléments suffisants pour recommander une modification des mesures conservatoires prises par le gouvernement", limitant son utilisation "aux plus de 55 ans", explique la HAS. 


Maxence GEVIN avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info