Covid-19 : le défi de la vaccination

De rares effets indésirables graves constatés en France après le vaccin

T.G
Publié le 15 janvier 2021 à 8h01
Une soignante prépare une dose de vaccin contre le Covid-19 à Lyon, le 14 janvier 2020.

Une soignante prépare une dose de vaccin contre le Covid-19 à Lyon, le 14 janvier 2020.

Source : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

BILAN - Quatre cas de réactions allergiques et deux cas de tachycardie ont été constatés après une vaccination contre le Covid-19, selon l'instance nationale chargée de la surveillance des médicaments. En revanche, la mort d'un pensionnaire d'Ehpad tout juste vacciné ne peut être imputée à l'injection du sérum.

Dans son point de situation hebdomadaire sur les effets des vaccins contre le Covid-19, publié jeudi 14 janvier, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) affirme qu'"aucun effet indésirable immédiat n’a été constaté suite à la vaccination", depuis le lancement de la campagne en France le mois dernier. L'ANSM comptabilise tout de même six effets indésirables graves, "4 cas de réactions allergiques et 2 cas de tachycardie".

Le cas d'un résident d'Ehpad décédé deux heures après une injection du vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19  est remonté mercredi 13 janvier, sans que le communiqué ne précise l'âge ni le sexe du patient. Mais le décès de cette personne aux "antécédents médicaux" et sous "traitement lourd" ne peut pas être imputé au vaccin selon l'Agence. "Le patient ne présentait pas de signes physiques de réactions allergiques", précise-t-elle. 

Lire aussi

Au terme de la troisième semaine de vaccination, une trentaine de cas d'effets indésirables non graves ont été enregistrés par l'Agence du médicament. Dans chacun des cas, il s'agit du vaccin de Pfizer/BioNTech commercialisé sous le nom de Comirnaty. Après l'apparition de plusieurs cas similaires à l'étranger pour ce même vaccin, l'ANSM a commandé une expertise à un centre de pharmacovigilance. 

"L’analyse de ces cas étrangers confirme que ces troubles surviennent de façon extrêmement rare avec une incidence qui ne dépasse pas celle observée chaque année en période hivernale dans la population générale", assure-t-elle. Jeudi 14 janvier, près de 300.000 Français avaient reçu une dose du vaccin de Pfizer/BioNTech, le seul autorisé en France pour le moment, selon les chiffres de Covid Tracker. 


T.G

Tout
TF1 Info