Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : des professionnels de santé alertent Olivier Véran sur la circulation du virus chez les enfants

L-C
Publié le 26 décembre 2021 à 10h52, mis à jour le 26 décembre 2021 à 13h42
JT Perso

Source : TF1 Info

ALERTE - Dans tribune dans le JDD, 50 professionnels de santé interpellent Olivier Véran sur le niveau de circulation du Covid-19 chez les enfants. Ils réclament des mesures rapides et efficaces pour la freiner.

Alors que les 5-11 ans viennent d'accéder à la vaccination, leur situation inquiète toujours. Dans une lettre ouverte, ce 25 décembre dans le JDD, 50 professionnels du secteur médical alertent le ministre de la Santé et des Solidarités Olivier Véran sur le niveau de circulation du Covid-19 encore important chez les petits Français. Avec 802 cas pour 100.000 personnes, le taux d'incidence des 6-10 ans dépasse la moyenne nationale (646,9 pour 100.000 habitants). Début décembre, la barre des 1000 avait même été dépassée plusieurs jours durant pour cette tranche d'âge.

800 enfants de moins de 10 ans hospitalisés

Depuis novembre, les professionnels de santé comptent "plus de 300.000 enfants et adolescents" testés positifs au Covid-19. Sans compter le nombre d'hospitalisations. "Elles ont dépassé les pics de toutes vagues précédentes, avec plus de 800 enfants de moins de 10 ans et 300 adolescents de 10 à 19 ans hospitalisés en six semaines", indiquent-ils, déplorant des chiffres "qui ne font qu'augmenter." À ce jour, 13 décès ont été recensés sur l'année.

Pour ces médecins et scientifiques, l'école est sans conteste un lieu important de la transmission du virus, en prenant appui sur les nombreux clusters en milieu scolaire ces dernières semaines. "Un des premiers clusters du variant Omicron a été détecté également dans un de ces établissements", rappellent-ils.

Cependant, si le rôle de l'école "n'est pas discutable, nous déplorons cependant les faibles moyens déployés jusqu'à présent par le ministère de l'Éducation nationale pour freiner l'épidémie dans ces lieux", fustigent-ils. Dans leur viseur, la mauvaise organisation de la vaccination chez les plus jeunes, les risques aéroportés de la contamination mais aussi "les propos de certains experts qui mettent en question l'intérêt" de ces campagnes, "au moment où elles nécessitent un important effort pour obtenir l'adhésion des parents".

Pour le médecin et président du syndicat indépendant de médecins UFML Jérôme Marty, la vaccination des enfants est un indispensable de cette période. "Elle a un intérêt individuel pour éviter de faire des formes de Covid long, mais aussi un intérêt collectif, en diminuant le flux viral", explique-t-il sur LCI. "À chaque vague, on a des gens qui nous disent que tout est exagéré, qu'il ne se passe rien, que la vaccination ne sert à rien", déplore-t-il pour qui, outre les experts, une poignée de politiques ont fait "des fakes news, une spécialité". "Politiser la crise, c'est la plus mauvaise chose qui pourrait existé", tance-t-il.

Un appel à la sensibilisation du grand public

"Les enfants sont contaminés et sont contaminants, c'est un consensus", déclare Michaël Rochoy, médecin généraliste, signataire de la tribune du JDD, sur LCI. Pour le reste, "il ne faut pas confondre les opinions" et les données scientifiques.

Ainsi, les professionnels de santé demandent plusieurs moyens d'actions pour juguler le nombre de contaminations chez les enfants. Ils estiment notamment qu'Olivier Véran doit récupérer la responsabilité de gérer la situation sanitaire dans les établissements scolaires, ce qui engagerait "une communication officielle" pour sensibiliser le grand public sur les risques du virus et lutter contre la désinformation. Autre possibilité pointée par signataires : reporter la rentrée scolaire prévue le 3 janvier, considérée comme à "haut risque compte tenu de sa proximité avec les festivités du Nouvel An".


L-C

Tout
TF1 Info